Blog d'Isabelle

Journal d'une Lausannoise en Asie, Australie et Amérique latine

Souper Fondue au Swiss Club

Poster un commentaire

Un orage violent et très bruyant nous a réveillés cette nuit. Il paraît que Singapour est touchée par la foudre environ 170 jours par année, à cause de son climat chaud et humide permanent et cela en fait une des capitales mondiales de l’éclair (sans danger toutefois, rassurez-vous). Il est vrai que j’entends très souvent le ciel gronder mais sans que cela ne déclenche chaque fois un déluge … fort heureusement. La pluie tombe ce matin toute droite, drue et en force mais le bonheur ici, c’est que cela ne dure pas trop longtemps.

Il n’y a aucun rapport entre cette pluie et l’eau qui coule dans ma salle de bain. J’ai bien cru expliquer hier au bureau de la résidence que c’était sous les toilettes et non dans la douche … mais le technicien vient avec un flexible de douche! Il resserre juste une rondelle près du wc, je doute que ce soit d’un grand effet. J’en profite pour lui demander où je peux me procurer des sacs pour l’aspirateur … il paraît étonné de ma question ; le vôtre était neuf à l’entrée dans l’appartement, me dit-il et ça dure des mois … et là c’est moi qui fais l’étonnée! Explication : il faut ôter le sac de l’aspirateur et le vider dans la poubelle … simple !

Yves est lui libéré de son attachement à Swisscom depuis ce mois et souhaite utiliser son numéro singapourien sur son iPhone, alors qu’il avait pris un modèle Nokia basic au départ ici. Le format des cartes SIM étant différent, il va s’enquérir chez Singtel de la possibilité d’échanger une grande carte SIM pour une petite, sans devoir changer de numéro. Mais pourquoi faire compliqué, une fois de plus, quand on peut faire simple … l’employé a tout naturellement coupé physiquement la carte pour la faire entrer dans l’iPhone … le tour est joué … et ça marche!

En fin d’après-midi, le bus me dépose en bas de la Swiss Club Road, rue qui monte, pas étonnant puisque nous avons rendez-vous ce soir avec la Suisse. Les maisons sont grandes, magnifiques et leurs propriétaires sans aucun doute de riches bourgeois de Singapour. Je montre patte blanche au garde à l’entrée du Swiss Club, un des clubs de la ville les plus appréciés, selon nos informations (un peu biaisées, je l’avoue). Une jolie bâtisse datant de 1927 et qui fut créée à l’origine pour servir de stand de tir aux suisses expatriés … pas question d’échapper aux tirs militaires obligatoires à l’époque ! La propriété se situe sur une petite hauteur et au milieu de la forêt, dont on reconnaît typiquement les bruits … et Yves a même vu passer un « dinosaure » tranquillement. Se trouvent ici aussi l’ambassade, une école suisse, des installations sportives comme les courts de tennis et la piscine, sans oublier le petit chalet en bois aux volets rouges et quelques vaches !  En attendant le début des « festivités », nous croisons par hasard Yin Yin … quelle coïncidence, c’est pratiquement ma seule amie locale (elle est membre du club et attend son garçon qui suit ici des leçons de tennis).
Yves est convié par l’association Swissnex, à faire une présentation pour les alumni HEC Lausanne, en position à Singapour ; ensuite un souper « fondue fromage » nous est offert pour ne pas nous permettre d’oublier nos racines. L’ambiance est hyper conviviale ; Yves reconnaît pratiquement tous les visages de ses anciens élèves. On parle beaucoup français, voire même vaudois mais aussi anglais avec des tous jeunes gens de Lugano. Par contre dans les bars et restaurants du club, c’est le suisse-allemand qui domine. Nous sommes une vingtaine et les contacts se font rapidement ; on échange, en fait pour nous c’est plutôt recevoir, des informations sur la vie à Singapour et en Asie. Plusieurs couples se sont installés il y a une dizaine d’années et n’envisagent pas du tout un retour en Europe ; ici ils apprécient le climat, la nature, le statut qui leur permet d’avoir une maison et du personnel. Par contre à l’âge des études universitaires, la jeunesse s’échappe aux Etats-Unis ou en Europe, par besoin de liberté et aussi de connaissance de leurs racines. Et c’est ainsi que dans la conversation, Arne, mon voisin, me parle de Claude et de Daniel, deux amis très proches … et soudain le monde se rétrécit ! Ou alors, après avoir papoté un bon moment avec Alexandra, nous nous apercevons que nous avions fait connaissance, il y a plus de vingt-cinq ans, lors de grillades à La Forclaz, chez Isabelle, la première assistante de Yves. Elle nous demande des nouvelles de Gabor, d’Alex, etc. La soirée se passe ainsi dans une ambiance excellente et les cartes de visite s’échangent de-ci de-là … on se reverra !
      
Le retour est joyeux également ; il tombe quelques gouttes seulement à la sortie du bus et il ne nous faut que dix minutes pour rejoindre le condo. Eh bien, cela suffit pour prendre une bonne douche … les nuages tout d’un coup décident de se vider sur Kent Vale. Le petit parapluie est insignifiant face à la force de l’eau et ça rebondit de partout, formant une vraie rivière au sol. Nous ne pouvons qu’en rire, avec nos jolies chaussures, Yves en chemise classe et moi avec ma petite robe de soirée … L’avantage ici, c’est qu’avec la température, même à minuit, on ne prend pas froid et c’est bien aussi quand cela arrive au retour plutôt qu’à l’aller. J’ai compris ce soir, preuve à l’appui, que le parapluie à Singapour est utile pour se protéger du soleil et non de la pluie !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s