Blog d'Isabelle

Journal d'une Lausannoise en Asie, Australie et Amérique latine


Poster un commentaire

Jour tant attendu !

Magnifique vue au réveil depuis notre lit, que ces tours jumelles qui se dressent vers le ciel, un ciel encore endormi … et c’est bien dommage que l’appétit ne soit pas féroce aussi tôt le matin car le buffet du petit-déjeuner est exceptionnellement alléchant – il y a même une fontaine chocolat!
Au petit-déjeuner du Traders de KL

La circulation vers l’aéroport est relativement fluide, elle se ralentit aux carrefours qui interrompent la large autoroute et le taximan nous explique que si on laisse les feux régir le trafic, c’est complètement ‘jam‘! Les automobilistes ne respectent pas, les voitures croisent dans tous les sens … c’est la raison de la présence des policiers aux heures de pointe à ces endroits stratégiques. Nous passons le long du circuit de Sepang du Grand Prix F1 de Malaisie et lors de cette manifestation, c’est encore bien plus terrible de circuler.

Avec la marge que nous avons prise, il nous reste pas mal de temps à l’aéroport pour écrire, lire et communiquer, en attendant notre vol AirAsia d’une heure vers Singapour.
A l’arrivée nous trouvons un très bon restaurant japonais et nous nous installons ensuite au Starbuck avec les ordinateurs et iPads. Le vol Emirates des jeunes est annoncé avec une heure de retard; nous ne perdons pas notre temps et cela passe vite.

La joie de revoir Mathieu et Anaelle est immense … c’est long six mois!
Et c’est pour eux la surprise de cette bouffée d’air chaud en sortant prendre le taxi. Tout en papotant, ils admirent le paysage verdoyant et fleuri, très différent de ce qu’ils ont quitté en Suisse avec la saison d’hiver.

Après la rapide visite de notre appartement qui sera aussi leur pied-à-terre pour quelques nuits, le champagne est débouché pour fêter anniversaires, réussites, retrouvailles ! Merci Olivier …  Bonheur de partager, d’échanger de vive voix …
Apéro chez nous

Que leur proposer comme premier repas asiatique? Nous tombons d’accord tous les quatre pour un Korean Charcoal Barbecue et c’est Dempsey Hill que nous leur faisons connaître, ce quartier d’anciens baraquements militaires rénoves en restaurants, galeries d’art et d’antiquités. Ils raffolent des morceaux de viande grillés sur la table et accompagnés d’un grand choix de légumes, crudités, pickles et sauces inédites. ‘Ah, si vous êtes habitués à manger ainsi’, dit Mathieu … ‘le retour ne va pas être facile’!
Et je soupçonne Thomas d’avoir conseillé à son frère d’oublier la carte des transports publics à l’appartement … le cadet prend de suite goût aux taxis!
Table garnie du Korean Charcoal


Poster un commentaire

Visite de Kuala Lumpur

La nuit fut calme et reposante, si ce n’est le chien qui voyage au-dessus de nous et avoir une ou deux fois. Dans notre ‘open house‘, aucun petit-déjeuner n’est prévu – je m’en doutais depuis hier – et je suis ravie qu’Andrew m’invite à partager celui qui est prévu en ville avec l’équipe organisatrice de Cradle.

La circulation est un peu plus aisée ce matin, il y a beaucoup de bus, de klaxons et il me semble que les feux sont parfois une histoire de décoration. Le centre ville est un mélange de buildings modernes et aussi de superbes bâtisses de style oriental, comme cet hôtel Heritage, qui doit correspondre à notre ‘Raffles‘. Dans un hôtel du centre, proche de Little India, une table pour douze personnes nous attend. Nous connaissons tous les convives, à l’exception de Nasrim, le directeur de Cradle qui était souffrant hier. C’est comme si nous étions des amis de toujours, les discussions sont animées, autour du football, de la nourriture, de Chinese New Year qui se fête bien évidemment ici aussi. A cette occasion il y aura des représentations de la ‘danse du lion’; les malais sont champions en Asie pour ces acrobaties sur des hauts poteaux – comme nous en avions regardé, émerveillés, en Thaïlande. Les artistes ont souvent pratiqué le Kung-fu auparavant. Les malais sont visiblement de bons vivants et eux-mêmes se comparent aux italiens pour leur passion de la nourriture – il faut voir les assiettes qu’ils dévorent ce matin – et aux espagnols pour leur engouement modéré pour le travail!

IMG_8249 IMG_8251 IMG_8252

Nous traversons une avenue pour nous rendre dans l’université où se tient le workshop; le pays compte de nombreuses universités, qui se sont créées récemment car il y avait trop peu de gens formés – trente universités publiques et cinquante privées. Kuala Lumpur recense six millions d’habitants et la Malaisie, trente millions.
Cradle a réuni ce dimanche pour la journée plus de cent personnes, étudiants, entrepreneurs, gouvernementaux, tous très motivés.
Hier soir, Andy qui s’inquiétait de mon programme de ce jour, m’a proposé qu’une de leurs collaboratrices me serve de guide. Ainsi Linda est au rendez-vous et passera la journée en ma compagnie plutôt que d’écouter les conférences.

IMG_8253 IMG_8256 IMG_8259 IMG_8262

Elle paraît un peu soucieuse de pouvoir me satisfaire mais notre entente devient rapidement cordiale et nous partons à la découverte de cette grande capitale. Le pays est une démocratie depuis le départ des colons britanniques, entre 1957 et 1963 quand une partie de Bornéo leur est rattaché et est régi par un premier ministre. Toutefois la royauté est toujours présente et semble rassurer la population. Chacun des treize états de la Malaisie a son propre sultan et tous les cinq ans, à tour de rôle, l’un d’eux devient le roi suprême du pays et occupe le palais de Kuala Lumpur. Le pays se compose de deux parties largement distinctes : la péninsule occidentale où nous nous trouvons et la Malaisie orientale située dans la partie nord de l’île de Bornéo, qui paraît-il est de toute beauté! Le tourisme est une source importante de revenus pour tout l’état.

Le centre de Kuala Lumpur est principalement le siège des entreprises, des commerces et les malais préfèrent habiter à l’extérieur de la ville, dans des quartiers plus calmes, plus verts, moins onéreux. Ainsi ce sera aussi un peu une découverte pour Linda aujourd’hui, à qui chacun ce matin a voulu donner des conseils! Nous allons souvent nous déplacer en taxi et elle se fait un plaisir en négociant le prix de la course – les touristes peuvent toujours demander de payer au compteur. Les tours jumelles Petronas sont le fleuron de l’économie, le symbole du 21ième siècle pour la ville. Elles renferment un centre commercial flambant de marbres, des étages de bureaux dont ceux de la société Petronas et également une salle de concert, où se produira cet après-midi Hélène Grimaud … Les tours s’élèvent imposantes à 88 étages et une passerelle intermédiaire les relie; malheureusement il n’y a déjà plus de possibilité d’y monter aujourd’hui. Le parc aux alentours est très agréable, avec des fontaines, une pataugeoire où les enfants s’amusent, des arbres centenaires et comprend aussi un centre des congrès.

IMG_8305 IMG_8273 IMG_8272 IMG_8271 IMG_8265 IMG_8266 IMG_8278 IMG_8279 IMG_8282

A défaut de pouvoir accéder à la passerelle, nous optons pour la KL Tower – ou Menara en malais – qui logée sur une colline nous offre une vue éblouissante sur toute la région, bien au-delà de la ville. C’est une des hautes tours de télécommunications comme il en existe dans plusieurs pays, celle-ci mesure 421 mètres. Linda est ravie d’y grimper avec moi, elle y est venue étant enfant et à l’époque elle ne se souvient pas de l’open deck. Le vent souffle, le soleil est chaud, nous tournons tout autour et elle tente de reconnaître et me décrire les différents quartiers et bâtiments, le marché, le nouveau palais royal, la mosquée nationale, etc. Avec mon ticket d’entrée en tant que touriste étrangère, j’ai moi droit à une photo prise de tout là-haut, un beau souvenir.

IMG_8300 IMG_8299 IMG_8290 IMG_8293 IMG_8296 KL Tower IMG_8289
En direction du sud-ouest nous nous faisons déposer au Central Market, dont tous m’ont parlé ce matin. Ce grand marché couvert est très ancien et si à l’époque, on y vendait fruits, légumes, poissons, épices … de nos jours, il est transformé en un énorme centre pour le textile, les bijoux, les antiquités, les souvenirs. Je suis émerveillée par ces couleurs, les parfums d’ambiance, les pashminas ou les fouloirs en soie dont on ne sait lequel choisir, les pantalons Aladin, les batiks dont je suis fan, les tuniques et les robes, les colliers et bracelets, les petites boîtes ou coupelles … Woah! Il faut absolument que je me raisonne, les bagages pour le retour en Suisse seront limités. C’est tellement vivant, rayonnant … les vendeurs et vendeuses sont quelquefois un peu insistants mais rien de comparable avec la Tunisie ou l’Inde, me dit Linda.
Dans ce marché couvert, à l’étage, un restaurant nous fait de l’œil pour le lunch et je la laisse choisir de délicieux petits plats et vu qu’elle n’aime pas ce qui est fort épicé, je suis ravie – une soupe de poulet au ginseng, du poisson sweet and sour et ce légume que nous avons découvert hier soir, le pucuk paku. Il s’agit d’une fougère comestible et c’est très savoureux ce midi, cuit dans une soupe épicée de lait de coco avec des patates douces et des crevettes … je me régale! Pour la boisson, elle choisit un sirop de Sour Sop, le fruit du corossolier, un voisin du durian et moi de Roselle, la fleur de l’hibiscus. Le patron et son personnel sont vraiment très sympathiques et le cadre est fantastique, le restaurant étant conjointement un magasin d’antiquités.

IMG_8318 IMG_8306 IMG_8305 IMG_8307 IMG_8312

IMG_8316 IMG_8314

Chinatown ressemble un peu à celui de Singapour pour ses alignées de shophouses colorées; ici elles mériteraient souvent des rénovations, le passage est couvert par un toit et les lanternes pour Chinese New Year apportent le caractère festif au quartier vaste et relativement calme pour un dimanche après-midi.

IMG_8324 IMG_8326 IMG_8319

Pour rejoindre ensuite la Mosquée Nationale, au toit en vagues, superbe de tuiles bleutées, nous devons traverser de larges avenues et on y va à l’instinct … un pont enjambe la Klang River dont les murs bordant le canal sont couverts de graffitis qui sont très régulièrement effacés et recréés par des artistes de rue qui se rassemblent sur les berges.

IMG_8332 IMG_8330 IMG_8335

IMG_8329 graffiti-klang-river-c

Une forte averse nous prend un peu par surprise alors que nous sommes proches de la mosquée, où je ne suis pas la bienvenue et comme Linda est elle-même musulmane, je n’insiste pas. Nous rebroussons chemin et rejoignons en train le deuxième quartier typique de la ville, Little India. J’y reconnais les superbes saris scintillants de paillettes, les marchands d’or au poids, les magasins de tissus multicolores, les épices et les fruits séchés … Linda semble préférer ces rues d’échoppes plus serrées à Chinatown et je suis d’avis également que le cachet est ici fort agréable.

IMG_8345 IMG_8339 IMG_8338 IMG_8340 IMG_8348 IMG_8346 IMG_8353 IMG_8354 IMG_8356
Notre escapade se termine par une pause ‘tea Time‘ au Secret Recipe avec un smoothie succulent ‘orange et abricot’ et un cheese-cake, pas très local mais qui nous fait bien plaisir. Nous échangeons nos adresses et Linda serait très heureuse de venir découvrir la Suisse …
C’est à l’heure de la session des ‘questions/réponses’ que nous arrivons à l’université et quelques organisateurs de Cradle se pressent vers nous pour avoir le feedback de notre journée touristique … et devant la photo au sommet de la Menara, ils s’étonnent, se demandant où nous sommes allées! Cela paraît incroyable mais aucun ne connaissait l’existence de la plateforme ouverte … ils se disent prêts à m’engager moi comme guide! Ils ne viennent au centre ville que pour le travail, sans s’y attarder pour visiter.

Les participants au workshop se sont révélés super créatifs et inventifs dans les exercices et très actifs dans les questions; l’intérêt est visiblement important pour cette société en pleine expansion. Je ne doute pas que des interventions futures seraient les bienvenues et ce serait un plaisir de revoir ces gens chaleureux et attachants.

Andrew nous ramène dans notre campagne tandis que Teddy poursuit avec lui pour un souper avec des personnes du ministère de l’éducation; il rentre à Singapour par un vol dans la soirée.
Yves a cogité une petite surprise, nous déménageons pour la dernière nuit vers le centre; Olivier nous a chaudement recommandé le Traders Hotel et nous ne saurions être déçus. Dénicher un taxi, au prix convenu par téléphone par le jeune de Tenggiri s’avère un plan foireux; nous nous joignons finalement à une autre locataire, qui s’avère habiter Singapore dans le coin de Clementi! Elle est passée par son copain malais pour réserver le taxi et nous propose gentiment de partager la course …
Notre chambre donne droit sur les Twin Towers, comme promis par mon frère …, et le spectacle est grandiose! Et une fois encore les tentures resteront ouvertes cette nuit.
Mathieu et Anaelle sont eux sur le départ et j’ai peine à croire que ce grand moment des retrouvailles arrive demain. Thomas les a déposés à Genève, avec ce pincement au cœur de ne pouvoir faire partie du voyage … Nous espérons sincèrement voir se réaliser prochainement le projet d’un séjour en Asie tous ensemble ….

IMG_8364 IMG_8366


Poster un commentaire

Direction Kuala Lumpur

Une petite valise est vite préparée pour notre escapade à Kuala Lumpur; c’est par contre le taxi qui est plus difficile à trouver ce matin. Un vol AirAsia impeccable nous mène dans la capitale malaise en une heure; les hôtesses et les stewards sont jeunes, fort sympathiques et leur tenue est un blue jeans avec une chemise rouge ou noire. L’aéroport de Kuala Lumpur nous paraît un peu désert et abandonné; il fait aussi chaud et beau ici qu’à Singapour. Cela nous semble plus simple de prendre un taxi pour rejoindre l’hôtel que la société Cradle nous a réservé car celui-ci n’est pas situé au centre-ville. Le taxi est vieux et branlant mais son chauffeur très gentil, il nous souhaite la bienvenue en Malaisie. Nous roulons une heure pour parcourir les soixante kilomètres qui nous séparent de la ville.

Nos Panda de Singapour Bel avion rouge IMG_8201 Beau sur Kuala Lumpur

Au départ le paysage est uniforme : d’énormes forêts de palmiers, alignés au cordeau, dont on produit l’huile de palme pour la cuisine. La ville approche, les autoroutes sont larges, rectilignes et les à-côtés bien soignés. Ça se complique quand le taxi quitte la route principale vers le quartier de Bangsar; visiblement il n’a aucune idée d’où se trouve notre rue et nous apprendrons plus tard que leur système de gps consiste à appeler collègues ou amis pour se renseigner. Moi, je pensais tout simplement qu’il téléphonait à l’hôtel … l’hôtel, qui nous a été qualifié de ’boutique hôtel’, n’en est pas tout-à-fait un à vrai dire …
Il s’agit d’une maison dans un quartier vallonné de villas, avec sept chambres à disposition mais aucun service. On appelle cela ‘open House‘ et nous ne nous y attendions pas. C’est un architecte connu de la région qui a rénové cette bâtisse au confort plutôt restreint. C’est très design mais ‘rustique de rustique’, l’idée de la douche entre des murs de briques non fermés vers l’extérieur, avec des araignées qui courent, juste un pommeau à l’apparence rouillée … ne m’enchante guère; pas de shampoing, savon, et non plus de sèche-cheveux, aucune armoire … une énorme moustiquaire sur un lit à même le sol aux draps déchirés … et bien évidemment je n’ai pas ma prise anti-moustiques. Un bassin de trois mètres sur sept, appelé piscine, offre un joli cachet dans le jardin et une salle de séjour sous un auvent est à disposition des occupants, qui sont plutôt des backpackers! Sur le toit de notre chambre, qui se ferme par un gros cadenas, habitent deux chiens de garde. Un jeune malais est notre hôte mais il ne comprend ni ne parle vraiment anglais et nous idem pour le malais, même si ce serait une langue plus facile car elle se base sur notre alphabet – j’apprendrai quelques mots sur le séjour. La connexion wifi est très capricieuse, Yves bosse un moment sur la terrasse – tout en se faisant manger par les moustiques – discute avec un couple de jeunes australiens qui donnent des conseils pour les taxis! Moi, je teste la literie … elle est bonne et je m’endors aisément.

Le lavabo de la sdb La douche La chambre La piscine L'entrée Il monte la garde
Nous nous sentons un peu perdus, dans un quartier isolé, les téléphones ne passent pas. Andrew qui doit venir nous chercher pour le repas du soir a presque une heure de retard et Teddy se cachait dans une chambre pour bosser.
Andrew, un des organisateurs de notre voyage, trouve l’endroit charmant et envie presque notre chance. Il est indépendant et aide les entrepreneurs qui lancent des projets dans le domaine social; ce qui correspond à un des sujets d’intérêt de Yves pour le moment, sur lequel il travaille avec le professeur Poh Kam. Andrew est malais, il a vécu de nombreuses années aux États-Unis, à Londres et est de retour en Asie depuis une année. Il vient régulièrement à Singapour et c’est là qu’il a rencontré Yves et Teddy. Celui-ci est américain, originaire de Chicago, a vécu et est passionné par la Silicon Valley; il est engagé depuis août par la société Ideo pour l’antenne singapourienne. Leur positionnement est la consultance dans le ‘design thinking‘, très populaire à l’heure actuelle. Yves et Teddy s’entendent fort bien, leurs échanges sont toujours constructifs.
Je me détends une fois installée dans la BMW de Andrew, en direction de la ville pour un souper organisé pour nous. Le trafic est hyper dense, les rues assez étroites en ville et un festival crée en plus un bouchon … il y a toujours un événement qui bloque la circulation quelque part, nous dit notre chauffeur tout calmement.

Le restaurant Songtek est proche des Twin Towers qui le soir scintillent littéralement de leurs mille lumières! L’établissement est lui très traditionnel et ce soir nous avons droit à des danses locales. Quelle n’est pas notre surprise de découvrir qu’une longue table est dressée, comme pour un mariage avec pas moins de vingt convives et ce, en notre honneur! Ils savent recevoir ces malais et tout ceci dans une ambiance des plus décontractée. Ils se présentent à nous, on accumule les cartes de visite, tout en essayant de retenir certains prénoms … Andy, celui à la casquette – je ne le verrai d’ailleurs jamais sans sur les deux jours – est le sous-directeur de Cradle, une société d’incubateurs qui compte une quarantaine de collaborateurs. C’est Cradle qui organise le workshop de demain – dimanche! – et ce soir pour le souper de bienvenue, ils ont rassemblé des personnes intéressées par les sujets de Teddy et de Yves.

Twin Towers Table des invites Restaurant Songtek
Superbe ambiance autour d’un repas copieux, avec des plats savoureux, relevés sans être trop trop épicés et surtout tellement parfumés. Les danses, les jeux de fléchettes sur les ballons nous rappellent notre soirée malaise à Singapour et cette fois encore, je me laisse emmener pour quelques pas de danse dans la ronde. S’en suivent des photos avec les danseurs, dont certains connaissent des mots de français. Mon voisin de table est un joyeux et grand bavard; il est juriste, a étudié le droit à Londres et de là a découvert certains pays d’Europe – il aime Florence et aussi la Suisse! Il me parle avec enthousiasme de son pays, s’étonnant que nous restions si peu de temps … il faudra revenir, dit-il et plusieurs nous tiendront le même langage.

Danse folkloriqu Danseurs

Tout comme à Singapour, la population de Malaisie se compose de chinois, d’hindous et de malais, qui sont ici majoritaires et de confession musulmane; le mélange de cultures fait la richesse de ce pays, avec toutefois un peu moins de propreté, d’ordre, de discipline, de sécurité – ici, on tient son sac à main, on ne laisse pas son iPhone sur la table – que chez son voisin.

A la fin du repas, un des organisateurs propose une ‘meeting session‘ … il arrange les chaises devant notre table et micro en main, une série de questions/réponses adressées à Teddy et à Yves sur leur parcours, leur impression de l’Asie, leurs objectifs pour l’avenir … Teddy est un grand bavard et la discussion se prolonge tard. Les ‘au revoir’ sont très très chaleureux – certaines personnes ne seront pas présentes demain – et il est presque minuit quand Andrew nous dépose tous les trois à l’hôtel. Le trafic est toujours très important, il ne connaît pas toujours bien le chemin mais ne suit pas non plus les indications de la dame du gps!
Soirée inattendue, vraiment très sympathique!

Questions / reponses Photo souvenir


Poster un commentaire

Georgetown, a world heritage site

Le Costa Victoria accoste ce matin dans la ville de Georgetown, capitale de l’île de Penang. Nous prenons notre petit-déjeuner sur le pont, observons l’activité du port, le va-et-vient des bacs qui traversent le détroit et de multitude d’autres bateaux. La ville serait le troisième centre de commerce de la Malaisie, l’île produirait les meilleurs durians du pays et elle est reliée au continent par un superbe pont de 13,5 kilomètres que nous admirons au loin. Penang est connue pour ces plages paradisiaques, avec ses resorts cinq étoiles situés plus au nord sur Batu Ferringhi mais notre visite aujourd’hui se concentrera sur la ville historique, reconnue par l’Unesco en 2008.
Georgetown Georgetown

A la descente du bateau nous sommes accueillis, voire assaillis, par les conducteurs de riksaw … ils sont ici par dizaines à nous attendre, avec leur véhicule décoré de fleurs pour certains et ils proposent de nous faire visiter la ville – la marche nous ira très bien.
En ce premier janvier les habitants de Georgetown semblent avoir pris de bonnes résolutions : ils sont plus de cinq mille à participer à une marche dans la vieille ville. Ils portent tous le même t-shirt ‘City Walk 01.01.2013’ et nous les voyons à l’arrivée près de la Tour de l’Horloge, mémorial de la reine Victoria. Ceci explique que nous allons trouver aux premiers abords que cela ressemble à une ville fantôme ; les volets mécaniques des magasins sont bien évidemment tous baissés – jour férié et marche populaire organisée !
Georgetown
IMG_6849 Georgetown Penang City Walk Georgetown

Georgetown est une ville multi-culturelle où se mêlent les malais, les indiens et les chinois qui sont présents en majorité – 60% ; les immigrants chinois se sont mariés avec des malaises, donnant ainsi la culture appelée Peranakan, aussi représentée à Singapour. Chez les Peranakan, on appelle Baba, les hommes et Nyonya, les femmes ; j’avais déjà lu des articles sur la cuisine Nyonya et voici que j’en apprends l’origine. Les maisons, les marchés, les temples de la ville historique reflètent la tradition chinoise.

Derrière un terrain vague nous découvrons notre premier temple de la journée, Seh Tek Tong Cheah Kongsi. Il était le lieu de rencontre des chinois du clan Cheah ; nous y voyons les différentes pièces de prière, de repas, de logement, des cours, des salles de repos, la cuisine. L’édifice est ancien et a conservé son ‘héritage’, ses décors de boiseries, des sculptures de pierre, son ameublement ; un endroit simple et tranquille.
Georgetown Georgetown Georgetown Georgetown
Les ruelles sont étranges, on passe de petites maisons super jolies à des portions de bâtiments délabrés ; certaines façades sont décorées de ferronneries vraiment très artistiques ou de peintures ‘trompe l’œil’ adorables – celles de Ernest Zacharevic nous plaisent beaucoup.
Georgetown Georgetown Georgetown Georgetown GeorgetownGeorgetown

Quelques rues plus loin, nous visitons le Khoo Kongsi, temple reconnu héritage par l’Unesco. Il est superbe, une architecture et des décors travaillés qui révèlent tout l’art des anciennes populations chinoises ; tout est ciselé, peint avec grande finesse. Le clan Khoo se réunit ici depuis des générations, ils y prient, ont un temple dédicacé pour les représentations théâtrales et ils ont ouvert un petit musée sur l’histoire de leur migration depuis la Chine.
OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA Georgetown Georgetown IMG_6888 Georgetown Georgetown

Il y a également des mosquées, voisines des temples, dont la plus spectaculaire est la Mosquée Kapitan Keling qui date du début des années 1800 ; ses minarets et ses dômes aux coupoles foncées surmontent un ensemble tout de blanc vêtu.
Dans ces rues aux shophouses, une galerie d’art expose sur plusieurs niveaux, des objets de verre splendides, des bijoux en argent très fins et des photographies d’un habitant de la ville avec qui nous échangeons quelques impressions. Il a capté avec son appareil de chouettes petits coins des ruelles, des riksaws, des vieux vélos comme on en voit un peu partout. Les locaux sont vraiment très sympathiques, calmes, souriants, prompts à échanger.
Georgetown Georgetown Georgetown Georgetown Georgetown

C’est ici à Penang, dans Armenian Street, que le Dr Sun Yat-Sen, leader de la révolution chinoise qui a vu éclore la république, a établi son siège au début du vingtième siècle ; nous visitons cette petite maison où il donna ses premières conférences, remua les foules et créa le journal Kwong Wah Yit Poh.
Georgetown Georgetown Georgetown

Little India est un quartier très coloré, animé, avec ses marchés, ses échoppes de fleurs comme on le voit à Singapour.
Georgetown Georgetown

Nous revenons vers le quartier chinois pour découvrir le temple qui vénère la Goddess of Mercy et qui est en ce premier janvier bondé. L’encens y brûlent partout, à nous faire piquer les yeux – des énormes bâtons et de chaudrons brûlent devant l’entrée ; les gens affluent avec des offrandes. Je me souviens que Benoît, devant un temple de Tokyo, nous a parlé de cette procession traditionnelle en masse le premier jour de l’an.
Georgetown IMG_6937 Georgetown

La boucle va bientôt se terminer ; St Georges church serait la plus ancienne église anglicane du sud-est asiatique et en face se trouve le grand bâtiment de la cour de justice, de style colonial imposant. L’élégance coloniale caractérise également Town Hall, lieu de rencontre de l’élite de Penang, avec sa jolie fontaine de style anglais. City Hall est le dernier bâtiment avant l’Esplanade, cette promenade, comme une digue, entre la mer et le grand parc des festivals, qui a vécu hier son réveillon.
Georgetown Georgetown OLYMPUS DIGITAL CAMERA Georgetown

Fort Cornwallis est un dernier héritage de la colonisation anglaise, datant de 1786 avec l’arrivée du Capitaine Light ; le site pourrait être un peu plus développé, on y voit principalement des canons, un ancien phare, une chapelle.
Georgetown Georgetown Georgetown

L’escale ne dure que la matinée et nous remontons à bord pour profiter d’une superbe après-midi de navigation. Yves me fait remarquer que nous avons beaucoup de chance car la mer est calme, comme ce fut le cas de toutes nos croisières. Le vent du large souffle toujours, apportant une température vraiment agréable mais le soleil était bien présent tous ces jours, à voir les faces rougies de certains passagers ! Je pensais que nous verrions les côtes de la Malaisie et de l’Indonésie ; sur une carte le détroit de Malacca ne semble pas si large mais finalement nous aurons le plus souvent l’impression d’être en plein milieu d’un océan.
Georgetown Georgetown

Après le dernier souper nous passons un moment de la soirée à admirer des couples de chinois qui dansent avec tellement de grâce et de plaisir, sur tous les genres de musiques joués par un trio de musiciens. Je me souviens des parcs publics en Chine où se retrouvent les couples d’âge mûr pour écouter ou danser au son d’un transistor ; voilà un aspect vraiment charmant de cette culture. Ensuite nous rejoignons le théâtre pour le spectacle de ce soir, une imitation remarquable de Michael Jackson – avec une pensée pour notre ami Gio – et il est temps de faire les valises qui doivent être déposées dans le corridor cette nuit.


Poster un commentaire

31 décembre … 31 degrés à Langkawi

C’est agréable de se réveiller ce matin entourés de petites îles, couvertes de collines toutes boisées et aux criques de sable blanc isolées ; de tout côté le même paysage paradisiaque. Yves est monté vers 7 heures, repérer les manœuvres d’amarrage et la descente des chaloupes de sauvetage qui vont amener les passagers vers l’île principale de Langkawi ; une île malaisienne de 70’000 habitants – ou plutôt un archipel – tout proche de la Thaïlande et elle est également un district sans taxes.
Petit-déjeuner sur le pont Au large de Langkawi A bord de la chaloupe Petite la chaloupe à côté Remonte les chaloupes en fin de journée

Nous ne sommes pas parvenus à comprendre de manière précise où nous allons être déposés et ainsi nous partons à la découverte, sans attente particulière. A l’accostage de la chaloupe, nous sommes accueillis par un groupe de musiciens en costume traditionnel puis nous prenons encore un bus shuttle organisé par Costa, qui nous amène devant l’aquarium imposant de Pantai Cenang, la plage de Cenang. C’est la côte ouest de l’île, connue pour ses plages de rêve ! Nous sommes le 31 décembre, il fait 31 degrés et je marche dans les vagues chaudes de l’océan le long de ces plages magnifiques. Des baigneurs, des groupes qui font du snorkling, des jeunes qui s’élancent sur des motos d’eau … de petites îles au large, des motels et des resorts bien camouflés dans les pinèdes et les palmiers. Nous marchons ainsi quelques kilomètres, tout heureux, avant de longer un cours d’eau qui rentre dans les terres, vers la campagne.
Langkawi Langkawi Langkawi Langkawi Langkawi Langkawi Langkawi Langkawi Langkawi Langkawi

Cette rivière est encombrée d’embarcations multiples, des bateaux de pêche, des pontons en bois scabreux. Les quelques malais que nous croisons font de grands signes et souhaitent une bonne année. C’est la première fois que nous nous retrouvons dans un village, avec des champs, des cultures, des vergers – de manguiers ou de coconuts. Les coqs chantent et se baladent en liberté, nous verrons des buffles, des oies et des canards, également quelques aigles ; Langkawi signifie « l’île des aigles » et c’est son emblème.
Langkawi Langkawi Langkawi Langkawi


Au hasard de notre progression, nous arrivons à Laman Padi ; un vrai petit domaine de rêve, ce jardin ‘musée du riz’. Comme je suis contente d’approcher enfin ces cultures de riz, ici présentées dans un cadre rustique et naturel. Des malais, aux chapeaux de paille pointus, charruent un champ, pieds dans la boue comme dans le temps ; certains carrés viennent d’être coupés, d’autres seront récoltés fin du mois et dans un autre, on distingue très nettement les grains dont la récolte est prévue le 5 janvier. Les bâtiments sont de style colonial, un pont enjambe les marais de poissons recouverts de magnifiques fleurs de lotus aux couleurs vives et également de petits nénuphars blancs, dits nénuphars thaï.
Langkawi Langkawi Langkawi Langkawi Langkawi Langkawi Langkawi Langkawi

Alors que nous entrons dans le ‘jardin des herbes’, un malais nous accoste et nous fait découvrir dans ce jardin ‘éducatif’ toutes sortes de plantes et d’herbes, soit aux vertus médicinales seulement – not for cooking, madam ! – soit pour la cuisine. Il froisse les feuilles pour nous faire sentir l’origan, la citronnelle, le gingembre, le basilic thaï ou citronné ; il nous colore la main avec le curcuma jaune et avec une petite fleur bleue qui colore le riz bleu. Il nous montre et nous prie d’écouter le chant de superbes oiseaux jaunes tout en haut d’un palmier … ce sont des oreos – comme les biscuits, dit-il. Un joli régime de bananes pend à son arbre et la fleur est en partie éclose, nous savourons le jus de sucre d’un de ses pétales. Il nous raconte le cycle de culture et de vie des rizières ; après la récolte, les buffles vont brouter les fanes – se roulent dans la boue aussi -, on ramène de l’eau de la rivière – avec tous ses poissons – pour l’irrigation, les poissons vont manger les insectes, les moustiques et les gens pourront ensuite pêcher les poissons pour leur propre consommation. La région serait le grenier du riz, produisant la moitié des besoins de la Malaisie ; par les montagnes, elle est protégée des fortes moussons d’hiver et de leurs fréquentes inondations.

Avec son épuisette, notre guide plonge dans la vase et nous ressort des mini crevettes, des moules, des coquillages. Son tour se termine vers un bâtiment très intéressant : un spa, quasi en plein air … les cabines ouvertes ont vue sur les rizières, les palmiers et les bananiers. N’ayant encore rien payé pour cette visite vraiment passionnante, je vais me dévouer pour un massage et réflexologie suivie d’un gommage aux grains de riz bien évidemment ! Quel bien-être, un vrai bonheur !
Langkawi Langkawi  Langkawi Langkawi le spa

Laman Ria, un petit restaurant, tenu par une famille japonaise de Fukuoka, nous fait de l’œil pour le lunch. Un riz frit à l’ananas accompagne à merveille les crevettes et le filet de poisson grillé dont on se régale ; et la saveur des jus de fruits frais révèle également le climat chaud de la région.
Langkawi Langkawi Langkawi Langkawi

Encore quelques photos et nous prenons la route côtière jalonnée de magasins, cafés, restaurants très typiques ; il y a une quantité incroyable d’enseignes de spa et de réflexologie. Nous faisons une halte pour un petit café dans une sorte de paillote construite en rondins et soudain nous voici remontés à mai 68 ! Sur la plage, des roulotes, des échoppes, des bars pour une population, en majorité non locale et visiblement non conventionnelle ; c’est surprenant, amusant. Il y a bien sûr ici à Langkawi de superbes resorts de luxe au style colonial tout ouvert mais également des motels et des maisons de jeunes en quantité. Ce doit être un lieu de rassemblement connu et le réveillon y sera chaud, animé et paradisiaque. Ce premier contact avec la Malaisie est une excellente surprise ; nous avons passé une journée magique, hors du temps et dans un cadre tellement différent de Singapour.
Langkawi Langkawi Langkawi Langkawi Langkawi Langkawi

De jolies toilettes, longues robes et paillettes, costumes et nœuds papillon, musique, ambiance et menu de fête : tout est réuni pour un Joyeux Réveillon 2012 ! Le commandant s’en donne à cœur joie à minuit en faisant retentir plusieurs fois la sirène du Costa Victoria en pleine mer …
Réveillon Réveillon Réveillon