Blog d'Isabelle

Journal d'une Lausannoise en Asie, Australie et Amérique latine


Poster un commentaire

Le Plateau du Mont-Royal

Après deux jours dans mon quartier, je repars en exploration, cette fois vers le Plateau. Il était au départ le coin des vieilles familles ouvrières francophones et ensuite il fut recherché par les artistes, les intellectuels et plus récemment par les jeunes professionnels. Des avenues animées le cernent avec commerces, bistrots, galeries mais dès que je flâne dans les rues centrales du quartier, je trouve une quiétude, accentuée par cette verdure abondante. Les habitations, aux façades colorées, sont ici très typiques, des duplex ou triplex, étroits et allongés auxquels on accède par des escaliers extérieurs aux contours amusants et sur la largeur de ce qui serait une bonne maison, on trouve quatre ou cinq logements, tous accessibles par une porte à la rue, individuelle. Entre deux rues d’habitations de ce type, je m’immisce parfois indiscrète dans la petite ruelle qui reçoit les faces plus privées, également avec des escaliers courbés, des petits jardins, des terrasses dans les étages. Je me situe sur la rue St. Denis dans sa partie supérieure, la rue Fabre ou Cherrier, la rue Duluth que j’aime beaucoup. Ce qui me fascine et attire de suite mon regard, ce sont ces grandes peintures sur les pignons des maisons; certaines sont de vraies œuvres d’art et aujourd’hui je suis gâtée.

Je vais manger un encas simple, délicieux dans un cadre très sympathique chez Mamie Clafoutis et sur cette rue St. Denis, il me sera difficile de résister dans certaines boutiques. Pourtant la première excuse pour en franchir la porte est souvent de trouver un peu d’air conditionné pour me rafraîchir.

Deux églises imposantes sont sur mon parcours; l’église Notre-Dame-du-Saint-Sacrement dont la façade est un peu austère, on y accède, passée la première lourde porte, par une rampe d’escaliers et le décor intérieur est original, coloré, incitant à la prière devant l’exposition permanente de l’Eucharistie. L’église St. Jean Baptiste est un témoignage de la forte communauté ouvrière catholique du Plateau à la fin du dix-neuvième siècle mais cette église sera la proie des flammes et a dû être reconstruite; ses portes sont closes aujourd’hui et il me semble qu’elle est devenue un lieu pour des concerts. Il y a tant d’églises dans la ville et de moins en moins de pratiquants qu’elles sont rachetées et trouvent une deuxième vie, transformées en bibliothèque, en condos ou même en centre gym-Spa!
IMG_0485 IMG_0483 IMG_0566

Proches du parc La Fontaine, un grand bâtiment cubique de briques rouges regroupe les studios de diverses compagnies de danse contemporaine depuis une vingtaine d’années et chapeautée par l’UQAM, c’est l’Agora de la danse. Également en face du parc, l’ancienne bibliothèque centrale de Montréal qui avec ses colonnes ressemble presque à un édifice grec. Depuis l’ouverture de la Grande Bibliothèque dans le quartier latin, siège ici le Conseil des arts et du patrimoine.

IMG_0525 IMG_0521 IMG_0518

La fraîcheur je la cherche à l’ombre des beaux arbres du parc La Fontaine, aménagé sur les terrains d’une ancienne ferme d’une grande famille écossaise. C’est un véritable lieu de rencontre, de balade, d’activités comme le tennis, le base-ball, le beach-volley. Des classes y pratiquent leur sport tandis que les vélos, les rollers, les promeneurs circulent sur les sentiers. Mais pourquoi donc Montréal a-t-elle choisi cette période pour assécher ses lacs d’agrément? Pas de chance, les deux lacs artificiels ici sont en cours de nettoyage des algues … c’est nettement moins joli et les pauvres canards ne doivent eux non plus pas être très contents. Ma récompense sera de découvrir l’installation du Festival de la BD où j’emmènerai Yves demain.

IMG_0507 IMG_0509  IMG_0515 IMG_0516  IMG_0511


Poster un commentaire

Nouvelles d’ici et d’ailleurs

Assise sur un banc dans un parc, sur la terrasse d’un bistrot ou dans les longs trajets en métro de ce début de semaine, je fais la relecture des articles pour la revue SIM et le prochain numéro est ainsi presque bouclé. A Lonay, Mathieu termine ses cours, ses rapports, ses tests de fin de semestre avec de superbes résultats déjà et d’autres belles perspectives. Son blocus va démarrer pour la session d’examens fin juin. Tandis qu’à Morges, nos deux grands se battent la nuit avec une chauve-souris qui semble se plaire en leur compagnie.

En faisant les courses ce matin, je m’aperçois que c’est ici aussi le jour des publicités! Celles-ci sont glissées dans un grand sac en plastic par ménage et le livreur – qui n’est pas non plus le facteur – accroche le nombre de sachets nécessaires. Voici donc à quoi servent les crochets qui font la boucle sous les boîtes aux lettres.
IMG_0562 IMG_0569 IMG_0469

Et où trouve-t-on les bureaux de poste ici à Montréal? Dans les pharmacies bien sûr … évident! C’est bien dans le Pharmaprix que j’ai pu faire envoyer mes petits colis, dont celui de Thomas n’est d’ailleurs jamais arrivé à destination depuis trois semaines … serait-ce parce que Mélina est pharmacienne et risque d’être choquée par les tâches d’une pharmacie? Ici que ce soit Pharmaprix ou Jean Coutu, c’est finalement un petit supermarché avec des cosmétiques et des médicaments en plus; je peux y acheter du jambon, du chocolat et des friandises, du savon vaisselle, des cartes de vœux et j’en passe. Le souvenir me revient des États-Unis et du Canada sauf pour le service poste.

Ce matin je suis à la recherche d’un magasin dans mon quartier où trouver des cartouches d’encre pour l’imprimante ainsi qu’un centre de reproduction pour imprimer les grands Canvas de Yves. Merci Internet qui m’aiguille vers Plaza Côte-des-Neiges et là, je découvre un centre commercial assez vieillot, pas vraiment intéressant si ce n’est que j’y reconnais un Walmart et ça, c’est un souvenir bien précis de l’époque de Roswell – Atlanta – où nous avons fait moult achats – les garçons s’en souviennent-ils? En parcourant à pied mes rues voisines, j’ai observé que sur certaines qui voient les enfants aller et rentrer de l’école, à pied ou plutôt en School bus – toujours les mêmes vieux bus jaunes – il y a un panneau jaune indiquant ‘couloir scolaire’; cela devrait attirer l’attention des conducteurs.
IMG_0463 IMG_0467 IMG_0460

Alors que mardi, au cours de ma balade au Jardin Botanique, j’ai replongé pour un court instant dans le monde japonais, voici que nous recevons un email de Tadashi : il nous annonce son mariage avec une française, dans la région de Nice. Il fut notre guide à Kyoto, un guide excellent, très orienté bouddhisme et méditation, fort attachant. Les sentiments sont probablement partagés vu qu’il nous annonce ce grand événement dans sa vie.

C’est la période du Lobster au restaurant ‘Le Cercle’ de HEC et Yves m’y invite un midi; il semble déjà bien connu du personnel ici et les gens sont vraiment chaleureux. Ce homard est un régal! Sur les grandes télévisions dans le bâtiment, défilent les nouvelles de la faculté … et soudain je vois apparaître la photo de Yves! C’est l’annonce du séminaire de lundi prochain, le 5@8. Cela fait un mois déjà et il fait partie des murs; il doit par contre changer de bureau pour la suite du séjour, un bureau qui va être nettoyé de fond en comble, avec vue sur un des patios du quatrième étage, qu’on appelle ici des ‘baignes‘.
IMG_0474 IMG_0473

Par une belle fin de journée, Yves m’arrache à mon ordinateur pour une magnifique balade vers la ‘montagne’; un chemin sinueux dans la forêt nous amène à un point de vue fréquenté par des jeunes, assis sur les grosses pierres, avec leurs boissons … fêtant peut-être la fin des cours et l’été. On s’imagine monter à Nax à ‘La Pierre aux Enfants‘ car ici aussi ce fut anciennement une piste de ski, qui a vu des compétitions mondiales de descente parallèle.
IMG_0476 IMG_0477 IMG_0478


Poster un commentaire

Le parc olympique et le jardin botanique

Un ciel bleu encore pour mon escapade vers le parc olympique qui se situe bien loin à l’est de la ville. Je m’y trouve avec un groupe de touristes asiatiques et je discute deux mots avec une fille de Malaisie, c’est incroyable le rythme auquel ils visitent les villes en si peu de temps.

C’est sur l’ancienne ville de Maisonneuve que s’étend le complexe ainsi que le Jardin Botanique. Fin du dix-neuvième siècle des marchands et des fermiers canadiens-français s’installent ici et vingt ans plus tard la ville sera annexée à Montréal. Sous le mandat du maire Jean Drapeau, le jardin botanique voit le jour, initié par le frère Marie-Victorin, botaniste québécois et en 1976, l’immense complexe sportif accueillera les Jeux Olympiques – je me souviens avoir pu acheter cet été-là mon premier blue jeans sur la poche duquel était inscrit Montréal avec les anneaux; nous étions en vacances dans la région d’Avignon.

Le stade principal doit sa forme ovale à l’architecte français Roger Tallibert, ainsi que la tour penchée, la plus haute du monde mais ironie du sort, elle ne pût être terminée pour l’ouverture des Jeux. Elle fait cent-septante-cinq mètres et s’incline à quarante-cinq degrés. J’y monte dans le funiculaire qui offre une vue imprenable sur les deux immeubles en forme de pyramides qui ont logé les athlètes durant les jeux et sur la ville bien évidement. De l’observatoire on admire le Mont-Royal, les silos le long du fleuve, les ponts sur le St. Laurent, dont le pont Jacques Cartier; la vue se porte très très loin et juste sous nos pieds, le biodôme que je visite ensuite – j’ai en effet pris un billet combiné pour ‘la totalité’ des attractions.

Cet ancien vélodrome au toit faisant penser à un casque de vélo, abrite maintenant un musée pour les plantes et les animaux en milieu artificiel reconstituant les températures et niveaux d’humidité. Je pénètre ainsi dans la forêt tropicale – tiens donc, un panneau annonce à l’entrée qu’il y fait chaud et très humide – où je me reconnais assez bien, replongée trois-quatre mois en arrière. Ensuite la forêt Laurentienne, le St. Laurent marin et enfin le monde polaire. Dans chaque écosystème, des mammifères et des oiseaux nichent, parfois bien cachés, dans la végétation. Les exclamations de surprise et d’émerveillement des nombreux enfants qui se promènent sont mignonnes à observer.

En face, depuis un mois seulement, est ouvert un planétarium dont la structure extérieure fait penser à deux télescopes pointant vers le ciel. Une exposition sur la découverte de l’univers et du système solaire, très didactique, très axée nouvelles technologies média – avec un tuteur en hologramme – interactives et accessibles attire bien des jeunes, en aparté des deux énormes sphères qui produisent des spectacles. Confortablement installée dans le ‘Théâtre du Chaos’, cette première représentation nous emmène dans un voyage qui nous immerge dans l’art et l’émotion, de l’infiniment petit à l’infiniment grand. Sur fond de mélodie tantôt relaxante, tantôt vibrante – musique de Philip Glass -, au-dessus de nos têtes, des nuages éclatent, les étoiles dansent, les planètes s’entrechoquent, les couleurs se mélangent … pour un véritable détachement de la réalité.

Dans la seconde sphère, le ‘Théâtre de la Voie Lactée’, ce sera plus instructif et ce petit rappel, tellement bien fait par un jeune aux explications claires et imagées, capte mon attention – non pas comme mon voisin qui se met à ronfler dès l’extinction des lumières. En cette fin de mois de mai, ici à Montréal, on peut observer la conjonction de Mercure, Venus et Jupiter vers l’horizon à l’ouest et il nous indique aussi où trouver Saturne. C’est nettement plus facile de repérer tout cela, aidés par cette vraie modélisation 3D de la voie lactée où l’instructeur pointe ce dont il nous parle. Il ne passera pas en revue les huitante-huit constellations mais principalement celles dites permanentes que l’on peut observer toute l’année parce que proches de l’étoile polaire. Et si nous nous éloignons de la ville vers le nord, avec un peu de chance, il est probable d’observer en cette période de soleil intense, ces rideaux de lumières des aurores boréales. Il nous emmène enfin pour un voyage dans l’espace, étudier de plus près les planètes du système solaire, parcourir notre galaxie et même en sortir … qu’est-ce qu’on se sent petit alors !

Mon quatrième ticket donne accès au Jardin Botanique, un peu plus grand encore que celui de Singapour. L’imposant bâtiment de briques rouges, style Art déco, ouvre l’accès à une dizaine de serres que je parcoure tranquillement, admirant ici des orchidées, des plantes grasses, des pivoines, des plantes asiatiques, etc. Je dois avouer que suite aux incroyables dômes de Marina, il m’est difficile de vraiment m’émerveiller mais cela me fait plaisir plutôt de reconnaître cette végétation tropicale que j’ai respirée, admirée des mois durant. Il est possible de se perdre dans les méandres des jardins extérieurs, des jardins à thème comme la roseraie – pas encore fleurie malheureusement -, les jardins des plantes de montagne et de rocaille, les jardins des premières nations, les sous-bois et autour d’un étang de magnifiques massifs colorés de pivoines aux fleurs riches en pétales délicats.

Je plonge un moment seule dans l’Arboretum plus sauvage, aux sentiers tortueux mais une partie du parc est privée d’accès pour la préparation de sculptures géantes de verdure qui seront l’animation d’un festival à partir du 22 juin – certaines sont terminées, fantastiques.

Je suis bien évidemment intéressée par le Jardin Japonais, ses arbres en fleurs, son jardin sec, ses points d’eau, ses lanternes de pierre et son pavillon … qui fait surgir en moi la nostalgie de ma chambre zen de Lonay.
Le Jardin de Chine est lui aussi remarquable avec tous ses pavillons de bois rouge, ses portes rondes, sa pagode, ses étangs, ses bonsaïs … il manquerait juste le Koï Pond, cet étang des carpes koï où l’on cherche à voir une carpe jaune pour nous porter bonheur la journée. Un artisan façonne de délicats petits sujets en farines colorées … et nous explique qu’il réalise beaucoup de serpents car c’est l’année du serpent pour les chinois … ça je m’en souviens!


Poster un commentaire

De Jean-Talon à Maplewood

Le soleil nous sourit à nouveau après avoir boudé quelques jours. Les Montréalais se plaignaient de la sécheresse dans leurs jardins, j’espère à présent qu’ils sont satisfaits que vont oublier les nuages. Suite à mes réclamations, un jeune technicien installe une borne Wifi dans notre appartement. Je croise les doigts pour que cette connexion s’améliore, même s’il me dit bien que cela reste une ligne partagée et n’est donc pas comparable à une connexion privée.

Me voici en route vers le Marché Jean-Talon, le plus grand marché public de Montréal et je dirais aussi un peu plus populaire – non pas au sens péjoratif – que celui de Atwater. Il regorge d’étals de fruits et légumes, de produits du terroir, de poissonneries et boucheries, de fleurs et plantes à repiquer en quantité incroyable. Amusant d’y trouver un ‘Chez Nino‘, du nom de notre chef cuisinier de l’université de Lausanne. Le Marché des Saveurs est une boutique où l’on trouve tous les produits purement québécois – du pâté de caribou, du beurre d’érable, … – et je craque … non seulement pour nous mais j’y déniche aussi ce que Geneviève m’a demandé de lui rapporter.
IMG_0256 IMG_0257 IMG_0259 IMG_0260 IMG_0263 IMG_0262

Le quartier s’appelle ‘La Petite Italie‘; Montréal possède une forte communauté italienne et au vu des enseignes de bistrots et restaurants, des devantures de magasins, il n’y a aucun doute, les italiens émigrés se sont bien installés par ici. Plusieurs églises se trouvent sur mon chemin, dont celle de Madona della Difesa, avec une façade de briques rouges, berceau de l’histoire des italo-canadiens, construite en 1919.
IMG_0245 IMG_0247 IMG_0249 IMG_0269 IMG_0265

Le Boulevard St. Laurent est une artère principale de la ville, il est appelé le ‘couloir de l’immigration‘ à Montréal. Depuis 1880 les nouveaux arrivants s’y sont installés, retrouvant leur communauté d’origine, les chinois en bas de la rue, les français, les portugais, les italiens. En repartant vers l’ouest par l’avenue Bernard, j’arrive ainsi à Outremont, le vis-à-vis francophone de Westmount, de l’autre côté du Mont-Royal. Le quartier a accueilli une population assez aisée, dont certaines familles influentes au Québec. Se dresse sur cette avenue Bernard le Théâtre d’Outremont, un bâtiment Art déco classé monument historique. Et dans ce quartier se trouve une grande partie de la communauté juive de Montréal; avec presque cent mille personnes, elle serait une des plus importantes d’Amérique du Nord et aussi la plus ancienne. Ce sont principalement des juifs ultra-orthodoxes qui habitent ces rues entre Outremont et Mile-End, le secteur résidentiel juif depuis les années 1950.

IMG_0276 IMG_0281

Je tombe admirative devant l’avenue Bloomfield, riche en verdure, calme, paisible avec son parc St. Viateur. Celui-ci est tellement joli avec son étang, son petit pont courbé, son pavillon blanc érigé sur un îlot. Puis le parc Outremont qui opère une belle tranquillité au milieu de ces rues résidentielles, avec une fontaine montrant un joyeux groupe d’enfants. Les bancs dans ces parcs sont bien prisés, des jeunes, des couples plus âgés, des mamans avec leurs enfants … c’est très beau et reposant.

IMG_0275 IMG_0283

Avant de rentrer, je me laisse flâner dans les rues et ruelles de Mile-End – St. Viateur, St. Urbain, Fairmont, Jeanne Mance, la minuscule rue Groll – où se ressent la diversité culturelle de Montréal; un quartier mi-bourgeois, mi-bohème, qui vit autour de ses nombreux bistrots qui débordent sur les trottoirs. L’église St. Michel-Archange semble coincée entre les magasins et les habitations; de style byzantin, elle est un sanctuaire pour la communauté polonaises et est garnie d’un dôme de vingt-trois mètres de diamètre, le plus grand après celui de l’Oratoire St. Joseph.

IMG_0293 IMG_0300 IMG_0294 IMG_0298IMG_0287 IMG_0288

Je descends jusque l’avenue Laurier où les riches boutiques s’alignent, jolies vitrines pour la population aisée d’Outremont. Avant de remonter vers l’Université, je fais une halte à l’église St. Viateur d’Outremont, très belle construction de pierres grises, dont l’intérieur est riche en peintures, verreries, ébénisteries, sculptures recouvrant le plafond et les voûtes et le chœur – je me montrerai discrète en présence de l’office en cours. Courageusement je monte l’avenue MapleWood pour enjoindre Edouard-Montpetit. Cette rue très escarpée, est appelée ‘avenue du pouvoir de Outremont-en-Haut‘; les résidences sont ici incroyablement cossues, de vrais petits châteaux, aux jardins tellement magnifiques et sont habitées par des personnages influents … je n’en doute pas!
IMG_0301 IMG_0310 IMG_0312 IMG_0313

Une grande balade aujourd’hui qui m’a permis de m’imprégner dans des atmosphères très différentes, allant de la communauté italienne, aux juifs orthodoxes, aux habitants des ruelles du Mile-End, aux riches propriétaires d’Outremont.


Poster un commentaire

Un dimanche pluvieux agréablement occupé

Nous nous sommes si bien retrouvés, nous ne nous quittons plus … Martine et Alain viennent nous chercher pour un brunch dans le Vieux Montréal et ensuite une visite du Musée Pointe-à-Callière, un programme picobello pour un dimanche où les parapluies sont de sortie. Mais nous ne mangerons pas au Cartet, dont ils nous ont fait baver, ni non plus au restaurant du Musée; c’est le dimanche de la gratuité des musées et le succès est incontestable. C’est donc au restaurant Communion que Alain parvient à nous dénicher une place, je dois avouer que leur brunch est superbe, surtout les pancakes et je confirme ainsi que le brunch est bien une ‘institution’ ici à Montréal.

La file énorme devant le musée en vue nous décourage et ce sera plutôt un tour de ville en voiture que Alain nous propose. Entre le vieux port et le canal de Lachine, trônent des vestiges de l’époque faste du port, comme de gros silos à grains dont certains fonctionnent toujours puis nous longeons ces énormes cubes grisâtres, que l’on croirait posés les uns sur les autres de manière aléatoire; Habitat 67 date de l’Exposition Universelle de 1967, un ensemble de logements sur le quai du fleuve St Laurent, avec vue sur la ville – assez recherché de nos jours. Passant outre le bras du St. Laurent, nous tournons dans les îles Ste Hélène et Notre-Dame, avec le fameux Casino, la Biosphère que nous avions visités lors du voyage en 201. Ce sont des pavillons qui subsistent de cette Exposition universelle. Étonnamment nous roulons ensuite sur le Circuit Gilles Villeneuve, ‘woah’ diraient les garçons, et ce, une dizaine de jours seulement avant le Grand-Prix lui-même! Quand je pense que pour celui de Singapour, certains passages étaient déjà bloqués deux mois à l’avance.

Dans un ancien poste de pompiers du vieux quartier industriel, Alain fait un détour pour admirer des souffleurs de verre. Espace Verre est un atelier, une galerie, une boutique, un centre de cours et nous les admirons au travail depuis l’étage, c’est toujours magique.
IMG_0233 IMG_0236 IMG_0238

De retour dans notre quartier, Yves et moi entrons dans l’ancien bâtiment HEC qui a été récemment rénové par le bureau d’Alain. C’est superbe, ils ont transformé un espace que je pouvais m’imaginer gris-béton en un lieu où par les couleurs, par les formes, par les matières, les étudiants ont plaisir à venir travailler en groupe, faire leurs lectures, se poser, même en dehors des cours qui se donnent dans les auditoires. Je reconnais des cubicles comme ceux où travaille Mathieu à la bibliothèque de l’EPFL; des espaces sont aussi aménagés pour bosser à plusieurs sur des écrans muraux. De grandes baies vitrées, débordantes sur la verdure apportent clarté, ouverture vers le monde … une magnifique réalisation.
IMG_0240 IMG_0241 IMG_0242 IMG_0314 IMG_0315


Poster un commentaire

SIDIM, le salon du Design et Manon à l’opéra

Après un copieux brunch à l’américaine chez EggSpectation, après une halte toujours intéressante à notre librairie Renaud-Bray, après avoir réservé hôtel et vols pour notre prochain voyage à Boston … nous nous mettons en route pour la ville.

Ce week-end, dans les sous-sols énormes de la Place Bonaventure, se tient le Salon International du Design de Montréal. Plus de cinq cents exposants, professionnels du design au Canada nous font rêver … Nous y retrouvons Martine et Alain, qui est de permanence pour leur bureau Provencher Roy, bureau qui compte plus de cent trente employés et réalise des projets d’urbanisme, d’architecture et de design intérieur de par le monde. Ici ils offrent aux enfants la possibilité de jouer aux apprentis-architectes avec des blocs de mousse. En sillonnant le salon, j’ai des pensées pour nos proches; une balustrade en bois en forme de vélo, un stand d’artisanat du Cameroun, des meubles de rangement d’habits très compartimentés, des étagères ou sièges en carton ondulé, une machine à café concurrente de Nespresso, une claie de rangement de bouteilles de vin avec des lumières Led, un grand canapé d’angle qui ferait le bonheur de Mathieu dans ‘sa’ maison et je pose même devant le décor de l’affiche du Salon!

Pur-Z est une maison complète, avec un volume décalé, une esthétique très moderne aux lignes épurées, l’espace de vie à l’étage pour une meilleure vue et de la lumière naturelle, donnant sur une terrasse et au rez, les chambres, un potager et un abri pour la voiture. Tout est cubique, très aéré … plus vraiment l’idée que l’on se fait de ‘ma cabane au Canada’ mais ça me plait!

Alain présente Yves à un des organisateurs du Sommet de Montréal sur l’Innovation qui s’est tenu en début de semaine; celui-ci serait très intéressé de pouvoir mettre Yves à l’affiche du programme de l’an prochain … à suivre.

Nous restons ce soir dans le monde des artistes mais tout d’abord, nous empruntons les couloirs souterrains pour rejoindre la salle de spectacle. C’est en 1962, lors de l’inauguration de la Place Ville Marie, que commencèrent les travaux du réseau souterrain, combinés avec le début du Métro. Aujourd’hui cette ‘cité sous la cité‘ compte trente kilomètres de galeries qui donnent accès à des restaurants, boutiques, bureaux, cinémas, théâtres, hôtels, gares, résidences; certains privilégiés peuvent se rendre de leur appartement à leur bureau sans mettre le nez dehors, ce qui serait bien dommage à la bonne saison mais qui est bien confortable par les -30 degrés de l’hiver ou les pluies battantes. Des plans de ce RÉSO sont affichés à chaque station de métro, permettant de se repérer dans ce dédale de corridors; ils sont par contre très peu fréquentés après notre représentation, pas certaine que je m’y aventurerais seule, non par crainte d’une agression mais plutôt d’être chicanée par un sans-abri un peu éméché!

IMG_9462

La Place des Arts est un complexe culturel consacré aux arts de la scène, ce quartier des spectacles réunit plus de huitante lieux d’expression culturelle et c’est ici que cet été nous aurons le bonheur d’assister aux divers festivals. Ce soir c’est dans la salle Wilfrid-Pelletier, salle d’opéra moderne et vaste que nous assistons à la représentation de Manon, par des voix superbes, toutes canadiennes à l’exception du Ténor portugais Bruno RibeiroMarianne Fiset est merveilleuse dans le rôle de Manon et j’aime également beaucoup son frère interprété par Gordon Bintner. Nos garçons doivent bien rire dans leur coin, se souvenant de cet opéra où ils avaient dû nous suivre il y a dix ans à Vancouver!


Poster un commentaire

De nouveaux amis italo-belgo-tunisiens

Le travail de rédaction reprend son rythme, puis dans l’après-midi, une connaissance d’Yves vient nous chercher en voiture pour nous emmener chez lui un peu en dehors de Montréal.

Mokhtar se souvient avoir rencontré Yves la première fois en 1995 pour une conférence AIM à Namur. Il est à présent professeur à l’Université de Kingston, à mi-chemin entre Montréal et Toronto, au bord du lac Ontario, soit à plus de 270 km de son domicile! Il donne peu de cours et l’avantage de l’âge et de l’ancienneté lui octroie de n’enseigner que durant l’été. Au Canada, il n’y a pas d’âge de retraite; ainsi il nous raconte avoir un collègue de huitante-neuf ans.

Il n’est pas très tard mais nous sommes dans les bouchons du vendredi, quittant Montréal vers l’ouest. Le Canada ne connaît pas les ronds-points comme nous en avons tant vus naître chez nous; ici à un carrefour en croix, chacun marque le stop et c’est le premier arrivé qui repart le premier … cela me rappelle les souvenirs de conduite à Vancouver. Il nous semble également que les vélos respectent bien plus les feux de circulation ici qu’en Europe. Il y a énormément de travaux, ce qui ralentit le trafic sur l’Autoroute du Souvenir – joli nom!

Nous aurons ainsi presque une heure à discuter dans la voiture – trois fois plus que sans circulation – passant près de Lachine, Dorval, Pointe-Claire. Nous lui racontons nos voyages et découvertes; cela l’amuse car sa famille ou ses amis en visite veulent tous aller aux Chutes du Niagara et à New-York … nous savons ce qu’il nous reste à faire.

Dans un domaine autre, selon lui, les deux mets à tester absolument ici à Montréal sont la smoked meat de chez Schwartz sur St. Laurent et les fameux bagels du Fairmont. Et il vient à parler ensuite d’un sujet qui retient mon attention : l’alimentation comme troisième médecine. À l’origine, l’analyse vient d’un professeur de Montpellier, Dr Jean Seignalet et le thème sera repris, testé par elle-même et vulgarisé dans un ouvrage d’une doctoresse de Montréal, Jacqueline Lagacé. On y traite de choix des aliments mais aussi du mode et de la température de cuisson; un sujet de lecture dans lequel je me plongerai sans doute un jour.

Nous arrivons à Beaconsfield, à l’origine une banlieue anglophone, où ils ont par trois fois dans la même rue, acheté, mis à terre et reconstruit leur maison! Celle-ci est très jolie, avec un jardin impeccable, dans une rue résidentielle superbe. Nous sommes en bordure du Lac St. Louis, soit un endroit sur le fleuve  St. Laurent où les rives s’élargissent et où l’eau est plus calme. À trois pas du lac, leurs enfants embarquent leur canoë, se sauvent très souvent sur l’eau, nagent un peu plus loin des berges et vont jusqu’aux petites îles … cela fait rêver!

Marie-Paule est italienne par son papa et belge par sa maman, elle enseigne le français à l’Université Concordia et aussi à HEC, pour des mises à niveaux. Chaque faculté, chaque école ici à Montréal peut exiger un certain niveau de français et d’anglais pour obtenir son diplôme. Lorsque sa famille a émigré au Canada en 1951, elle était toute petite; elle est donc pure canadienne mais nos racines communes semblent quand même nous rapprocher, le courant passe immédiatement. Mokhtar est un personnage très drôle, positif, blagueur; il est originaire de Sidi Bou Saïd et vit à Montréal depuis quarante ans.

Ainsi notre année de voyages ne nous aura pas seulement enrichis de découvertes mais aussi de nombreux nouveaux amis fort chaleureux; une deuxième vie sera nécessaire pour entretenir ces relations d’amitié …

photo