Blog d'Isabelle

Journal d'une Lausannoise en Asie, Australie et Amérique latine


Poster un commentaire

Une journée à Ho Chi Minh City

Le petit-déjeuner se prend sur une terrasse au cinquième, dominant la rivière et ses multiples bateaux marchands ou pour touristes. Le buffet est très largement garni, des cuisiniers nous préparent des spécialités; ils ont l’air tellement bons ces raviolis chinois … mais un peu tôt quand même! La chaleur et le bruit nous assaillent déjà; nous nous réfugions dans la chambre pour travailler quelques heures.
 

Une petite recherche sur Internet nous fait choisir My Place pour le repas de midi. Des coquillages préparés comme des moules, des frites et mayonnaise maison, une Trappiste de Rochefort et une gaufre à la crème fraîche figurent à la carte de ce belge originaire de Ostende. Son projet principal est humanitaire et vise à instruire les jeunes des quartiers pauvres; le projet Koto retient notre attention et nous y contribuons modestement ce jour par le repas et également en achetant un album de photos prises dans ce milieu. Le personnel en salle est issu de l’école elle-même mais en cuisine c’est un japonais qu’il a formé, les essais avec des vietnamiens s’étant révélés peu concluants. Durant les mois d’été, les expatriés européens ou américains rentrent souvent dans leur pays pour les vacances; sans doute est-ce également pour cela que nous avons l’impression d’être des intrus dans le paysage. Ce devrait être la saison des pluies, la chance nous sourit, aucune goutte.
    

Je me sens plus à l’aise aujourd’hui et me repère un peu, même si il faut un moment pour m’apercevoir que ce n’est pas le nom de la rue que je lis sur les panneaux mais le quartier … c est pas étonnant que je ne le trouve pas sur le plan! Détour par un petit temple perdu au milieu des magasins, je flambe cinq bâtons d’encens, comme me le conseille une vietnamienne.
    

C’est avec plaisir que nous entrons dans un centre commercial pour nous rafraîchir et déguster un café glacé; des boutiques de haute marque, à prix très haut également, pour riches expatriés probablement. Je préfère la boutique de Mai Lam, une designer originaire du sud Vietnam qui présente non seulement des vêtements très coquets, des cosmétiques, des parfums d’ambiance mais aussi des décorations d’intérieur; une originalité dans un cadre typique et apaisant.
  

Pour clôturer en beauté cette journée de découvertes, le bar sur le toit de l’hôtel nous offre une vue sublime sur la rivière et les lumières de la ville qui scintillent. La Margarita aux fraises y est excellente.

  


Poster un commentaire

Adieu le calme

Luan vient nous chercher à la villa à 5h45 pour nous emmener au débarcadère; il retourne ensuite contrôler que nous n’avons rien oublié. Un petit pic-nic déjeuner, un sandwich poulet emballé dans une feuille de bananier, nous est remis pour manger dans le taxi plus tard.
 

Le manager du village nous salue; sachant que nous faisons une halte à Saigon, il a imprimé de la documentation. Pour lui c’est une ville pour le shopping et pour bien manger! Au revoir chaleureux, c’est presque la larme à l’oeil que nous regardons s’éloigner An Lam. La luminosité est fantastique, j’adore cette traversée en bateau au lever du soleil.
  

Même accueil souriant sur l’autre rive, alors que les bateaux de pêche rentrent à quai. Il y a un petit souci avec la voiture, ils sont occupés à changer la roue et on s’arrêtera à mi-chemin pour gonfler à nouveau.
    

Nous avions presque oublié leur manière de conduire, décidément on ne s’y ferait pas. Le chauffeur doit forcer le passage pour s’immiscer entre les vespas et les camions, ne redoutant nullement de passer sur la bande à contre-sens si cela l’arrange et ça klaxonne toujours de toutes parts. Il est 6h30 et la circulation est dense; les gens habillés assez chic, casque sur la tête et le nez caché, se rendent au travail en deux roues. Comme promis, l’employée du village nous accompagne pour l’enregistrement, dans ce petit aéroport local; tout se déroule pour le mieux! Et un dernier café glacé vietnamien pour passer le temps avant l’embarquement, qui ici ressemble plutôt à la ruée des embarquements en Europe chez EasyJet qu’à la discipline et au calme des montées à bord à Singapour.

Rejoindre Ho Chi Minh depuis Nah Trang ne prend que 45 minutes; le décollage et l’atterrissage offrent des vues magnifiques, passant d’une région de campagne à une ville à très forte densité. HCMC compte douze millions d’habitants et est devenue le poumon économique du pays.
  

 

La navette du Majestic Hotel nous attend, ainsi qu’un business man Japonais qui travaille à Hanoï; il semble que ce ne soit pas facile de faire des affaires ici au Vietnam. L’aéroport est dans la ville, nous sommes de suite replongés dans la circulation bruyante et folle, sans toutefois être agressive, mais il y a bien plus de voitures, de bus, de taxis que dans Nah Trang.
  

Le Majestic est un hôtel mythique, datant de 1925, qui a conservé sa flamboyance et son décor à l’ancienne. Catherine Deneuve y a séjourné pendant le tournage de Indochine. L’hospitalité et le service sont de mise, leur anglais m’est plus compréhensible. Il est conseillé de laisser dans le coffre de la chambre, passeports et objets de valeur; un autre petit conseil consiste à ne pas ouvrir la fenêtre pour éviter la visite des geckos qui se logent sur la façade à la tombée du jour. La chambre, spacieuse, domine la rivière Saigon mais aussi le quai qui grouille de monde et qui grouillera jour et nuit!
   

Yves m’emmène à L’Usine, un repère pour designers, un bistrot tout autant qu’une boutique. L’arrivée ne me rassure guère, nous traversons une allée sombre qui donne sur un corridor où s’alignent les scooters, avant de monter à l’étage et là, je respire. C’est sans doute une des caractéristiques de la ville, on voit très peu de vitrines aguichantes mais en s’aventurant dans les arrière-cours, les découvertes sont étonnantes.
  

La population vit dehors, soit sur une mobylette, soit sur les trottoirs! L’air est très pollué, les bâtisses sont délabrées, on oublie la propreté singapourienne. À même le trottoir les vietnamiens, assis,  font du commerce, mangent, font la vaisselle, réparent ou font la sieste sur leurs motos, se font la manucure/pédicure, cuisinent … Yves craque pour des gaufres toutes chaudes sorties d’un petit fer en fonte posé sur un braséro!
   

Les trottoirs servent également de parking surveillé pour les deux roues, il y a des gardiens partout et l’argent circule. Il nous semble que la population est moins souriante et moins communicative que ce que nous connaissons mais aucune agressivité, je dirai plutôt une nonchalance ambiante. La chaleur et l’humidité sont pesantes; il y a très très peu de touristes comme nous … on nous regarde un peu, je ne passe pas à vrai dire pour une dame couleur locale, avec ma petite robe fleurie! Et ce n’est qu’à l’abord des quelques sites touristiques que nous sommes accostés par des vendeuses de cartes postales ou des cireurs de chaussures. L’héritage français persiste, plusieurs enseignes et messages figurent dans notre langue.
 

Le sport pour les piétons, c’est de traverser les avenues en acceptant de se laisser klaxonner (mais est-ce vraiment pour nous?), de se laisser frôler par les vespas, les voitures. La devise est « quand il faut y aller, il faut y aller », on respire un bon coup et on se lance en zigzagant entre les véhicules … et ça fonctionne! Je préfère les croisements avec des feux mais si ce n’est pas 100% fiables. Ainsi notre parcours nous fait découvrir l’Opéra, les grands hôtels, la Poste, vestige de l’architecture coloniale avec sa verrière de Gustave Eiffel, la Cathédrale Notre-Dame, toute de briques rouges de Toulouse et ses vitraux de Chartres, le Palais de la Réunification, avec ses salons et ses salles de banquets somptueux, des parcs et des jardins où des militaires apprennent à marcher au pas.

    

Et j’insiste pour terminer, malgré la chaleur et les pieds fatigués, par le marché Ben Thanh mais là c’est comme dans un souk, les dames nous attrapent le bras et on s’en sauve en courant; dommage, les couleurs des textiles sont tellement colorées et lumineuses!

Le souper dans un des restaurants de l’hôtel nous offre un spectacle de danse et musique vietnamiennes fort agréable.

      

Le village de An Lam

1 commentaire

Une trentaine de villas au toit de chaume se confondent dans la végétation abondante. Les chemins de terre se parcourent à pied, à vélo (chaque maison à deux vélos ou un tandem à disposition) ou en voiture électrique taxi. Des poubelles en jute, des cendriers en noix de coco les jalonnent et un panneau « slow down » nous rappelle à l’ordre pour la seule petite montée-descente au départ. Une rapide recherche sur GoogleMaps montre que le village le plus proche est loin de l’autre côté de la montagne …

This gallery contains 16 photos

Le personnel de An Lam

1 commentaire

Yves et Alex se retrouvent de bon matin pour leur petit-déjeuner suivi d’une matinée de travail sur un article. Marli et les enfants sursautent au lever, leur baignoire héberge une pauvre petite souris qui ne parvient pas à en sortir! Je passe voir leur maison, qui équivaut à deux fois la nôtre et leur piscine est en partie taillée autour d’un rocher naturel, superbe. Luan, notre intendant, organise avec nous le départ pour demain matin. Il appelle même Vietnam Airlines pour éviter nos soucis de l’aller et une personne du village nous accompagnera demain au check-in, quel service! À midi Trish a une envie de viande, elle se laisse tenter par un steak qui figure au menu; l’accompagnement ressemble étrangement à un paillasson de pommes-de-terre, style roestis … eh non, c’est bien une galette de riz! Pour la dernière soirée tous ensemble, nos trois butlers organisent un magnifique barbecue sur la plage, avec un choix de crustacées, de poissons, de viandes, de légumes et on se régale! Des bougies sur la table et des lampes torches plantées le long de la baie comme seul éclairage. Un repas d’adieu en beauté! Et à peine mettons-nous le pied dans la villa que Luan appelle pour venir faire le décompte final, alors que nous ne l’avons pas vu sur le chemin du retour … le tam-tam doit bien fonctionner!

Le personnel de An Lam Village :

Ils sont au nombre de deux cents à œuvrer dans le village pour nous offrir cette qualité de vacances. Ils portent sur leur t-shirt la devise « Indulging in and enhancing the art of good living ». La plupart vit ici sur le site tandis que d’autres traversent la baie chaque jour. Les femmes qui entretiennent les extérieurs se couvrent la tête du chapeau de paille pointu, celui des hommes est plus arrondi mais tous portent un foulard sur le nez pour se protéger de la poussière. Le service est discret, souriant, efficace, présent partout; ils anticipent presque nos souhaits. Chacune des 35 villas à son propre intendant; Luan, le nôtre a bien compris notre mode de fonctionnement et s’est adapté à notre envie d’autonomie. C’était plus que parfait …

This gallery contains 6 photos

Le restaurant de An Lam Ninh Van Bay

Poster un commentaire

Dès 7h du matin, il est possible de manger dans ce superbe restaurant ouvert sur la plage de sable fin et ce jusque tard dans la nuit. Les tables sont dressées de nappes blanches et les décorations sont discrètes et très fines. Les personnel nous présente le fauteuil dès notre arrivée et déplie la serviette sur les genoux … Pour les enfants, il y a toujours la possibilité de demander une assiette spéciale (Latif et Malina ont souvent envie d’un peu de poulet grillé et de riz, tout simplement et sans sauce). La cuisine est de grande qualité, délicatement parfumée, la coriandre est l’herbe que l’on retrouve presque dans chaque plat. Le calcul de change n’est pas compliqué; ici nous sommes tous millionnaires avec les vndongs! Le repas du soir peut nous coûter un million et demi de dongs (quelques dizaines de francs) …

This gallery contains 13 photos

Les activités à An Lam

Poster un commentaire

Et encore une belle journée chaude qui s’annonce; le plongeon dans la piscine au saut du lit est une grande première pour moi et je m’y fais! Alan et Alex peaufinent seuls, leurs vidéos BMG, laissant Yves rédiger dans la villa à mes côtés et je fais de même pour ce blog. La masseuse a une douceur mais aussi une force de doigté auxquelles mes muscles ne peuvent résister … une expérience à réitérer dans ces pays d’Asie dont la réputation dans le domaine ne semble pas être un leurre. Les connexions wifi sont un peu chaotiques et WordPress n’est pas accessible depuis une adresse au Vietnam; Yves réglera mon problème en passant par la Suisse.

Les activités au village de vacances :
Bien camouflés dans la forêt, sont répartis des chalets en bois pour les diverses activités proposées : le wellness, la bibliothèque et sa salle de réunion, le fitness, la boutique, la plate-forme « point de vue » avec ses chaises longues …

This gallery contains 10 photos

La plage de An Lam

Poster un commentaire

La plage s’étend dans la baie Ninh Van, offrant des lits grand confort pour des moments de détente, bercés par le remous des vagues …

This gallery contains 8 photos