Blog d'Isabelle

Journal d'une Lausannoise en Asie, Australie et Amérique latine


1 commentaire

Au revoir Montréal et à l’an prochain …

Nous sommes éveillés assez tôt et tout est presque prêt pour le départ. Yves m’emmène donc pour un super petit-déjeuner au Café Souvenir sur l’Avenue Bernard. C’est son collègue Luis qui le lui a fait connaître hier ; l’endroit est assez couru, un repère des gens de la radio et télévision, paraît-il. Arrive justement, un des hommes les plus riches de la ville, qu’ils ont vu hier avec Luis ; il arrive à vélo, pantalon de costume dans la chaussette et avec un sac-à-dos bleu d’enfant, celui de sa fillette qui trouvait le sien ringard, raconte la rumeur. Il était jusque mi-mars le président et CEO de Quebecor, le géant québécois dans le domaine de l’imprimerie commerciale, des médias et des télécommunications.

Nous rentrons à pied – presque tranquillement comme si c’était un jour normal – car Yves souhaite me montrer dans ce quartier prisé d’Outremont, les immeubles modernes que nous apercevions depuis le haut de l’Université ; plusieurs bâtiments avec des appartements assez luxueux, des terrasses qui font presque penser à des résidences de vacances – Luis et également les parents de Dominique vivent ici, à dix minutes à pied de HEC.

IMG_4247 IMG_4251

Yves repasse encore une heure ou deux au bureau, pour quelques petites choses à terminer, des au revoir et un dernier lunch avec ses collègues. Je rentre pour ma part à l’appartement, terminer le dernier bagage, ôter les draps, vider le frigo et remplir le sac des affaires que nous laissons ici pour l’été prochain. Martine vient le chercher, nous nous promettons de garder notre contact skype fréquent et qui sait peut-être se voir une fois en Suisse ou en Espagne – les lunettes solaires cachent nos yeux humides. Alain s’est mis tôt en route depuis le Connecticut, avec encore l’espoir d’arriver à temps à l’aéroport mais nous nous dirons un dernier au revoir par téléphone ; la période des vacances rend les files à la douane américaine assez longues.

Notre concierge, le monsieur aux longues moustaches blanches, m’a déjà souhaité bon retour plusieurs fois ces derniers jours ; nous sommes sans doute parmi les locataires qui avons séjourné le plus longtemps dans cette maison Le Rockledge. Il était toujours disposé à rendre un service et chaque fois ce fut fait dans les plus brefs délais. Sonia a aussi été d’une aide très appréciable, elle passe m’embrasser et espère nous revoir l’été prochain.

IMG_4253

Le taxi nous emmène à l’aéroport, nous sommes bien chargés et d’ailleurs recevront une étiquette heavy sur chaque valise ! L’aéroport de Montréal n’est pas un des plus vaste et attrayant que nous ayons connu mais j’y déniche encore quelques petites spécialités à ramener et ensuite nous nous installons dans la lounge business – tiens, c’est étrange, nous entendons soudain parler suisse-allemand ! Le vol pour Zurich va durer 6h15, il est bien confortable en classe business et offre au menu des produits suisses ; par contre les hôtesses ne nous gratifient plus des ‘ça me fait plaisir’. Le cafard me prend au moment du décollage, je me concentre alors sur l’écran où je vois défiler les localités le long du St Laurent jusqu’à la Mer du Labrador et je parviens à dormir quelques heures ; ce qui ne sera pas le cas de Yves, qui me réveille à 5 heures du matin – heure de Zurich – pour le petit-déjeuner.

IMG_4260 IMG_4254 IMG_4255 IMG_4257 IMG_4258

Quelle joie de revoir Mélina et Thomas qui se sont levés tôt pour venir nous accueillir à Genève et à la maison, Mathieu s’est lui exprimé avec un délicieux plat de gaufres toutes fraîches. Un bonheur de retrouver notre jeunesse, de revivre au jour le jour leurs aventures et anecdotes … et la perspective du week-end au Chalet RoyAlp de Villars tous les six nous met du baume au cœur … Elle est belle notre Suisse !

IMG_4271 IMG_4292


Poster un commentaire

Dernier regard au Vieux Montréal

Le monde va mal, les catastrophes se suivent dans le milieu des transports – autocars, avions, bateaux – et hier collision frontale entre deux trains près de Lausanne ! Que se passe-t-il donc ? C’est une vraie série noire.

Les lessives se terminent, les valises se remplissent bien et l’appartement reprend petit-à-petit son look des premiers jours, sans plus de notes personnelles. Hier Martine m’a proposé de la rejoindre pour faire une petite pause et nous avons bien papoté en buvant l’apéro et discutant de nos projets ‘jardinage et maison’ pour les prochains mois. Aujourd’hui je retourne au salon esthétique chez ‘Claudel et Sophie’ sur l’avenue Laurier ; Mariela est très douce, professionnelle et bavarde – elle me raconte qu’elle est enceinte et prendra toute une année sans solde, et qu’il faudra donc que je revienne dans deux ans pour la revoir. Elle me bichonne de jolis petons et me conseille une couleur chic pour le vernis.

Yves me propose une dernière soirée dans le Vieux Montréal ; la cour intérieure de chez Accords nous avait plu, tout comme le dessert pris il y a quelques jours et il s’avère que leurs menus sont tout aussi excellents. Des entrées avec salade de homard ou tartare de canard, aux plats de suprême de pintade ou filet de bison et sans oublier le Jardin Botanique pour clore en beauté ce souper d’adieu à Montréal. Et ce n’est peut-être pas plus mal que nous ayons découvert ces bonnes adresses sur la fin du séjour … trop tentant !

Balade nocturne dans les rues de la vieille ville, les magasins de souvenirs sont encore actifs, les galeries inondent nos yeux d’images à ne pas oublier, les calèches baladent les touristes, la cathédrale s’éclaire de bleu … nostalgie, nostalgie …

IMG_4241 IMG_4245 IMG_4242


Poster un commentaire

Un beau bureau sur le toit de Montréal

Chez Cora, est un fastfood à l’américaine spécialisé dans les petits déjeuners copieux. Suzanne s’était étonnée que nous ne connaissions pas encore celui de la Côte-des-Neiges et c’est ainsi que j’y emmène Yves ce dimanche matin. Chemin faisant, j’accoste une dame pour savoir où il se trouve exactement et cela l’amuse beaucoup de nous répondre que c’est justement là qu’elle s’en va travailler ; la conversation se poursuit jusqu’au restaurant, elle ne manque pas de raconter cette anecdote à ses collègues, qui viendront ensuite nous demander où nous habitons en Suisse, pourquoi nous sommes ici, ce qui nous fait aimer Montréal … scénario classique des québécois que nous avons côtoyés et c’est justement ce caractère souriant, accueillant et convivial qui nous plaît chez eux. Nous sommes très bien servis ; le sirop d’érable coule à volonté, les fruits frais couvrent la moitié de l’assiette et nous nous régalons. L’établissement est hyper propre, lumineux et nous rappelle un peu les IHOP de la région de Vancouver. Mais pourquoi donc, cela fera-t-il rire Alain quand nous lui dirons que nous avons déjeuné Chez Cora ?

Nous voulons faire calme ce dimanche, avant l’excitation des préparatifs, nous montons vers l’esplanade du Chalet du Mont-Royal et nous y installons sur mes chaises en bois préférées – j’en ai d’ailleurs envoyé un plan à Mathieu pour qu’il commence à y réfléchir ! La place est bien fréquentée et animée durant le week-end, les appareils photos crépitent, des asiatiques et africains font une démonstration de Tai Chi. L’endroit est propice à l’inspiration, je rédige quelques posts avec toujours ce plaisir de revivre une seconde fois nos aventures des derniers jours et Yves profite du Wifi disponible ici pour faire des recherches et envoyer des emails. En voilà un bureau bien agréable, avec les distractions des touristes, le petit vent doux, la vue à l’horizon sur les buildings, le fleuve et ses ponts.

IMG_4229

Sur le retour, nous prenons des forces au Duc de Lorraine, une institution depuis 1952 ; cette boulangerie propose une petite restauration fort appréciée. Pour nous ce sera une assiette charcuterie-fromage avec une tome de Savoie au marc de raisin excellente. Les serveurs sont pour la plupart français et aiment faire la causette, le nôtre se réjouit déjà d’aller skier à Whistler cet hiver. Et me voici prête pour remplir un premier gros bagage ; la balanzza de chez Mec indique vingt kilos – parfait, je pourrai encore y glisser une ou deux petites choses.

IMG_4232

Alain avait bien promis de nous emmener à l’aéroport mercredi, il doit par contre partir demain au Connecticut pour son projet et nous ne nous reverrons pas. Il vient nous chercher à l’appartement pour le souper et emmène déjà des objets prêtés par Martine, dont le ventilateur – nous aurons bien chaud les prochaines nuits, tant pis … Ces trois mois ont passé bien vite pour nous quatre, un peu de nostalgie nous habite déjà, nous avons appris à mieux nous connaître, nous apprécier et surtout nous taquiner. Ce souper chez eux, entre belges, nous l’imaginions avec des frites bien sûr mais non, nous nous sommes trompés. Alain me demande pourquoi je suis si enthousiaste à revenir l’année prochaine et aussi ce que je trouve ‘moins bien’ ici à Montréal … Que dire, parler un peu des transports, des nombreux sans-abri et de la netteté dans les rues – notre référentiel singapourien est difficile à battre pour cela … Mais je vois tellement plus de points positifs et surtout à la bonne saison. Cela me tenterait quand même de vivre ces mêmes paysages sous des mètres de neige et approcher la vie calfeutrée des canadiens quand il fait -30 ! Pas six mois, juste quelques semaines peut-être pour une première fois … Louba me colle, me suit, elle m’a bien adoptée, on se dit toujours qu’un animal de compagnie sent les choses qui se passent et ce doit être le cas ce soir.

Le silence règne dans la voiture quand Alain nous ramène, le pincement au cœur est palpable … vite se dire au revoir et surtout ne pas se retourner.


Poster un commentaire

Olivier nous quitte, barbecue sympa chez Louise et Gilbert

Encore quelques photos dans le centre ville, vers la Place des Congrès, avant de rejoindre ‘L’Arrivage’, le restaurant du Musée Pointe-à-Callière. La petite terrasse à l’étage va plaire à Olivier pour son dernier repas à Montréal. La carte des menus est très simple, la cuisine est fine – encore des crevettes et du homard pour moi – et Yves aime beaucoup leur macaron framboisé. La vue est colorée, ensoleillée, animée sur le Vieux Port, son jardin, son étang, ses quais d’où part un bateau de croisière semblable à celui de jeudi, et aussi un gros paquebot qui remonte le St Laurent. Ils sont assez rares, la plupart s’arrêtent à Québec, ceci à cause de leur hauteur, de plus en plus impressionnante. Et ce ne sont pas les ponts qui les empêchent de s’aventurer jusqu’ici mais bien les lignes électriques. Alain rêve d’une telle croisière l’an prochain avec nous, jusque Anticosti, à l’extrémité de la Gaspésie – et pourquoi pas, en voilà une excellente idée !

IMG_4210 IMG_4211 IMG_4214 IMG_4215 IMG_4216  20130727_135048 IMG_4224 IMG_4222 IMG_4226 IMG_4227

Olivier semble avoir aimé son deuxième séjour-découverte canadien, il a pris ses marques dans le Vieux Montréal et ne dirait même pas non à un troisième voyage au pays de l’érable, des écureuils et des orignaux …

Gilbert, un collègue de HEC, vient nous ‘ramasser’ à la station de métro Sauvé, sur la ligne orange, bien au nord de l’île de Montréal. Il nous a invités pour un barbecue à la bonne franquette, chez lui, avec Louise, son épouse, son fils Mathieu, son papa et Heinrich, un de ses doctorants qui travaille à Zurich. La météo est clémente, eux-mêmes s’étonnent de pouvoir veiller ainsi en soirée sur la terrasse. Ils nous racontent leurs vacances à vélo dans le sud de la France, le grand-papa nous explique ses nombreuses activités professionnelles comme entrepreneur et notamment la dernière qui conçoit et commercialise des calendriers pour entreprises ; il est très amusant et semble avoir lu BMG – j’oublie de dire qu’il a plus de huitante ans. Ce soir la trajectoire des avions quittant l’aéroport Pierre Elliott Trudeau passe au-dessus du jardin de nos amis et nous surveillons le Lufthansa qui ramène Olivier en Europe.


Poster un commentaire

Souper au Leméac

Steven me fait une dernière coupe que je souhaite toujours assez courte en cette période estivale. J’espère qu’il travaillera encore ici au salon l’année prochaine mais il est breton et trouve l’hiver rude et long ; on lui a bien dit que c’était le pire hiver depuis longtemps. Peut-on les croire ces Montréalais ? Il est cependant content car un de ses frères a trouvé une place de professeur en criminologie ici à l’Université et va donc venir s’installer près de lui.

En sortant de chez Jérome B Coiffure, je m’écarte pour laisser passer un jeune qui court sur la rue Côte-des-Neiges puis je le vois se retourner, inquiet. Et c’est alors que je m’aperçois qu’il tente de semer les flics qui le poursuivent. Il s’introduit dans l’entrepôt d’Exofruits, le supermarché et alors que le flic arrive à ma hauteur, celui-ci dégaine son arme … Oh là, doucement … Je m’éloigne de quelques pas et les sirènes de cinq voitures de police convergent vers l’endroit. Le jeune ressort menotté et est casé pour ne pas nuire, il semble se débattre. L’attroupement se crée rapidement dans ce quartier commerçant assez fréquenté. Les policiers vont discuter encore un bon moment avec le gérant du magasin et il y a même une ambulance qui vient et repart bien vite. Olivier et Yves s’étonneront le soir que je n’ai pas pris de photo, je dois dire que l’idée de m’en est même pas venue, j’étais moyennement à l’aise … et si il m’avait prise en otage ?? Mais non, Montréal n’est pas Chicago !

Yves a une discussion intéressante avec une personne dont le contact lui est venu d’une connaissance de Singapour. Il travaille dans une société de Capital à Risque qui aide les entrepreneurs dans des projets technologiques du futur. Ils conserveront le contact probablement, il est trop tard cette année pour envisager une action ensemble.

Après une journée de rédaction dans mon appartement, je propose à Olivier de nous rejoindre au Leméac pour le souper et il apprécie d’ailleurs le quartier de Laurier. Dans l’ambiance décontractée d’un grand bistrot, dans son cadre aéré et avec son service souriant, nous dégustons de délicieux plats ‘gourmands’ suivis de leur célèbre dessert ‘super light’ , le pain perdu à la glace et sirop d’érable qui se partage pour la tablée !

IMG_4208


Poster un commentaire

Croisière sur le St Laurent

Le soleil est bien de retour comme prévu ce matin. Et c’est vers Jean-Talon que je vais faire quelques achats de produits locaux à ramener dans mes valises. J’en profite pour suivre une suggestion de Suzanne et aller découvrir Plaza St Hubert. C’est une très longue et ancienne rue commerçante qui pour se renouveler a été recouverte sur toute sa longueur d’une galerie de verre qui couvre les trottoirs et protège du soleil, de la pluie, de la neige. Ces toits sont même découpés pour laisser passer les arbres qui bordent la rue St Hubert. L’effet global est très beau et original; les magasins sont eux aussi spéciaux avec une grande majorité de commerces de robes de mariées. Pour quelques centaines de dollars, on trouve sa robe de mariée ou pour être dans la suite, un costume pour les hommes, des vêtements enfants pour une communion, des vitrines de chaussures avec seulement des escarpins blancs, des bijouteries avec diadèmes. C’est amusant à regarder, les autres magasins sont eux aussi moyens de gamme.

IMG_4130 IMG_4125 IMG_4124 IMG_4122

Je rentre vers mon quartier et trouve l’inspiration un moment, attablée à Première Moisson; ce fut un endroit où j’ai eu plaisir à venir.

Dans le Vieux Montréal, autour de l’hôtel de ville, il y a une terrible animation pour le tournage d’un film, grande production américaine de nom de code H4. Olivier s’est enquis de la présence de vedettes mais la réponse reste évasive. C’est ici que je le retrouve, au milieu d’une foule impressionnante de figurants. Les drapeaux français sont hissés sur les mâts, les costumes d’époque nous laissent supposer que l’intrigue se passe au milieu du vingtième siècle. On remarque de vieilles Citroën DS, les uniformes de gendarmes français et Olivier verra une scène qui fait penser à une pendaison. Il est ‘chanceux‘; ce matin il a assisté au tournage de l’émission ‘Juste pour rire‘, une émission qu’il a souvent eu l’occasion de regarder sur Adria lors de ses vols vers la Macédoine. Il a été pris en photo, sur la Place Royale, avec la réalisatrice et l’acteur!

IMG_4133  IMG_4135

Et c’est au quai King Edward que nous embarquons à bord du Cavalier Maxim pour une croisière AML sur le St Laurent. Ici aussi nous sommes chanceux; un gros bateau pour seulement trente passagers cet après-midi et ainsi presque une croisière privée commentée, avec service de boissons. Le St Laurent et la ville de Montréal ont encore pas mal de secrets pour moi, j’en apprends tous les jours. L’île compte un million-six-cent-mille habitants et s’étend sur cinquante kilomètres de longueur et seize de largeur. Nous nous approchons des bâtiments Habitat 67, ces logements formés de cubes, classés monuments historiques en 2009. Au total, il y a trois-cent-soixante cubes pour cent-quarante appartements; chacun ayant de un à cinq cubes, d’un prix unitaire de deux à trois-cents mille dollars! Le quartier est très recherché pour l’originalité, la vue sur Montréal. Le BOTA BOTA se présente à moi sous un autre angle, c’est un très beau Spa dont Marc m’a dit que le propriétaire en possédait un autre en pleine nature, magnifique … à essayer lors de notre prochaine visite. Les quelques silos à grains qui subsistent, même s’ils ont arrêté de tourner en 1966, rappellent que Montréal fut le plus important port céréalier au début du vingtième siècle; des projets de reconversion en logements sont à l’étude.

Le temps est superbe pour cette remontée du St Laurent; les eaux sont calmes, nous sommes dans le port longé par la Pointe du Havre, construite en 1898 pour protéger les quais du courant fort du fleuve. À l’œil nu, on distingue très nettement la zone après la Pointe, où le fleuve est beaucoup plus mouvementé, un peu comme aux rapides de Lachine. Sous le Pont Jacques Cartier, on aperçoit l’entrée vers la voie navigable du St Laurent; la création de cette voie avec ses sept écluses, vers le Lac Ontario où il prend sa source, a rendu beaucoup moins pratiqué le passage par le Canal de Lachine. Le fleuve est ainsi navigable depuis Montréal sur deux-mille-cent kilomètres jusqu’au Lac Supérieur, le plus extrême des Grands Lacs situé entre le Canada et l’état de Michigan. Si l’on ajoute à cela la distance depuis l’Atlantique, cela fait presque quatre mille kilomètres navigables dans le continent, soit parmi les plus longs fleuves de la planète! Entre Montréal et Trois-Rivières, la profondeur naturelle n’étant pas suffisante, le fleuve a dû être creusé, pour atteindre onze mètres de fond et permettre le passage des gros laquiers. Nous verrons quelques laquiers à quai, ces gros bateaux qui transportent en vrac les marchandises depuis les ports des Grands Lacs, transitent par Montréal pour rejoindre l’océan. La Voie Maritime se recouvre l’hiver, de glace sur les Grands Lacs et la navigation n’est donc pas possible les trois premiers mois de l’année.

Passant sous le Pont Cartier, que je trouve très très beau, nous avançons au-delà des îles du Parc Jean Drapeau avec une vue globale sur La Ronde, le parc d’attractions d’où s’échappent les cris des gens sur les montagnes russes. Par-delà, c’est le quartier du campus de Longueuil de l’Université de Montréal et en face nous apercevons le Stade Olympique, à la tour penchée la plus haute au monde. Les couleurs sont magnifiques pour de belles photos, je suis vraiment ravie de cette excursion; le Cavalier Maxim fait ensuite son demi-tour alors que l’on découvre les abords du port marchand.

Après le Pont, le commentateur attire notre attention sur les énormes bâtiments rouge-brique de la brasserie Molson, la plus vieille, la plus grande du Canada et même d’Amérique du Nord. Ensuite, un immeuble d’appartements très luxueux et c’est là que Yves a donné sa conférence pour les architectes du groupe Provencher Roy et Moureaux Hauspy. La Tour de L’Horloge, ce mémorial aux marins victimes des grandes guerres est superbe dans le décor, elle est très bien mise en évidence. C’est dans cette direction que par les quais nous nous dirigeons ensuite; Olivier y grimpe pour de jolies vues sur le fleuve, les îles, le Vieux Montréal où trône Notre-Dame-de-Bon-Secours … tandis que je rédige quelques pages, installées dans le parc – j’emporte souvent avec moi mon carnet et mon crayon- … « c’est ainsi qu’Isa crée son blog », dira-t-il … mon secret est dévoilé.

IMG_4188 20130725_174006 20130725_174638 20130725_174628

Nous retrouvons Yves, en arrêt bien évidemment devant le tournage du film. Tout le monde se pose des questions et aimerait savoir de quel long métrage il va s’agir. Des touristes nous accostent, nous prenant pour des locaux … ils prennent l’Hôtel de Ville pour la Cathédrale Notre-Dame. Que c’est drôle, de les entendre nous raconter qu’ils sont, eux, venus en vacances ici, chercher un peu de chaleur. Ils viennent d’Abitibi, la région du Grand Nord, au nom déjà rigolo comme l’est leur accent et ils ne semblent pas avoir distingué que nous ne sommes pas Montréalais! Le grand-papa est quasi incompréhensible et cela nous fera rire longtemps en y repensant.

Olivier nous invite pour une première expérience dans une Rôtisserie Brésilienne, le Rodìzio Brasil. Oh, que ça plairait à Mathieu; de la viande à volonté – du bœuf, du poulet, du porc, de l’agneau, du jambon – cuits sur de grandes broches dans la salle du restaurant et qui nous sont servies en fines lamelles coupées directement sur nos assiettes. C’est succulent et original; l’ananas grillé est aussi un régal et j’ai découvert avec plaisir, l’apéritif brésilien, le Caipirinha. La serveuse est française, originaire de la Vallée d’Abondance, en face de chez nous; on se demande toujours comment elle a atterri à Montréal connu pour ses longs hivers rigoureux alors que son rêve était le Brésil!

IMG_4132 IMG_4189 IMG_4202 IMG_4196 IMG_4204

Le quartier de l’UQAM est un peu déjanté ce soir … En face de l’église éclairée de jeux de couleurs, une jeunesse folle de musique métallique s’y est rassemblée et Olivier nous ramène jusqu’au métro, pour être certain peut-être que nous ne nous attardions pas trop longtemps !


Poster un commentaire

Journée fraîche

Alors que je fais des va-et-vient vers la buanderie, j’en profite pour demander à Sonia de me montrer un autre appartement de l’immeuble pour l’an prochain, elle les connaît tous, elle est de bon conseil. Et avec Yves, nous partons chercher quelques cadeaux pour que ses collègues ne nous oublient pas trop vite. Dominique se dira très touchée par mon choix et elle signe ‘une amie pour la vie‘; nous nous sommes bien trouvées nous deux aussi.

Il fait nettement plus frais, voire presque froid aujourd’hui. Je retrouve Olivier au Jardin de Nelson pour le lunch mais même sous les chaufferettes, ce n’est pas assez confortable et nos plans de balade ensemble l’après-midi s’annulent. Nous rentrons chacun chez nous, Olivier pourra se réchauffer au sauna de l’hôtel. Ce matin, pour son jogging, il a suivi l’itinéraire suggéré par notre marathonien et s’en est trouvé très satisfait; il a longé le Vieux Port et s’est engagé le long du Canal de Lachine.

Yves voit encore plusieurs collègues chaque jour au bureau, certains sont déjà rentrés de vacances et d’autres sont bientôt partants. Ils sont parfois une petite dizaine à prendre le lunch ensemble à la cafétéria, l’ambiance est fort agréable.

Souper ‘saumon‘ ce soir dans notre appartement, qu’Olivier était curieux de découvrir et il nous apporte de bonnes bières belges originales.