Blog d'Isabelle

Journal d'une Lausannoise en Asie, Australie et Amérique latine

Direction Kuala Lumpur

Poster un commentaire

Une petite valise est vite préparée pour notre escapade à Kuala Lumpur; c’est par contre le taxi qui est plus difficile à trouver ce matin. Un vol AirAsia impeccable nous mène dans la capitale malaise en une heure; les hôtesses et les stewards sont jeunes, fort sympathiques et leur tenue est un blue jeans avec une chemise rouge ou noire. L’aéroport de Kuala Lumpur nous paraît un peu désert et abandonné; il fait aussi chaud et beau ici qu’à Singapour. Cela nous semble plus simple de prendre un taxi pour rejoindre l’hôtel que la société Cradle nous a réservé car celui-ci n’est pas situé au centre-ville. Le taxi est vieux et branlant mais son chauffeur très gentil, il nous souhaite la bienvenue en Malaisie. Nous roulons une heure pour parcourir les soixante kilomètres qui nous séparent de la ville.

Nos Panda de Singapour Bel avion rouge IMG_8201 Beau sur Kuala Lumpur

Au départ le paysage est uniforme : d’énormes forêts de palmiers, alignés au cordeau, dont on produit l’huile de palme pour la cuisine. La ville approche, les autoroutes sont larges, rectilignes et les à-côtés bien soignés. Ça se complique quand le taxi quitte la route principale vers le quartier de Bangsar; visiblement il n’a aucune idée d’où se trouve notre rue et nous apprendrons plus tard que leur système de gps consiste à appeler collègues ou amis pour se renseigner. Moi, je pensais tout simplement qu’il téléphonait à l’hôtel … l’hôtel, qui nous a été qualifié de ’boutique hôtel’, n’en est pas tout-à-fait un à vrai dire …
Il s’agit d’une maison dans un quartier vallonné de villas, avec sept chambres à disposition mais aucun service. On appelle cela ‘open House‘ et nous ne nous y attendions pas. C’est un architecte connu de la région qui a rénové cette bâtisse au confort plutôt restreint. C’est très design mais ‘rustique de rustique’, l’idée de la douche entre des murs de briques non fermés vers l’extérieur, avec des araignées qui courent, juste un pommeau à l’apparence rouillée … ne m’enchante guère; pas de shampoing, savon, et non plus de sèche-cheveux, aucune armoire … une énorme moustiquaire sur un lit à même le sol aux draps déchirés … et bien évidemment je n’ai pas ma prise anti-moustiques. Un bassin de trois mètres sur sept, appelé piscine, offre un joli cachet dans le jardin et une salle de séjour sous un auvent est à disposition des occupants, qui sont plutôt des backpackers! Sur le toit de notre chambre, qui se ferme par un gros cadenas, habitent deux chiens de garde. Un jeune malais est notre hôte mais il ne comprend ni ne parle vraiment anglais et nous idem pour le malais, même si ce serait une langue plus facile car elle se base sur notre alphabet – j’apprendrai quelques mots sur le séjour. La connexion wifi est très capricieuse, Yves bosse un moment sur la terrasse – tout en se faisant manger par les moustiques – discute avec un couple de jeunes australiens qui donnent des conseils pour les taxis! Moi, je teste la literie … elle est bonne et je m’endors aisément.

Le lavabo de la sdb La douche La chambre La piscine L'entrée Il monte la garde
Nous nous sentons un peu perdus, dans un quartier isolé, les téléphones ne passent pas. Andrew qui doit venir nous chercher pour le repas du soir a presque une heure de retard et Teddy se cachait dans une chambre pour bosser.
Andrew, un des organisateurs de notre voyage, trouve l’endroit charmant et envie presque notre chance. Il est indépendant et aide les entrepreneurs qui lancent des projets dans le domaine social; ce qui correspond à un des sujets d’intérêt de Yves pour le moment, sur lequel il travaille avec le professeur Poh Kam. Andrew est malais, il a vécu de nombreuses années aux États-Unis, à Londres et est de retour en Asie depuis une année. Il vient régulièrement à Singapour et c’est là qu’il a rencontré Yves et Teddy. Celui-ci est américain, originaire de Chicago, a vécu et est passionné par la Silicon Valley; il est engagé depuis août par la société Ideo pour l’antenne singapourienne. Leur positionnement est la consultance dans le ‘design thinking‘, très populaire à l’heure actuelle. Yves et Teddy s’entendent fort bien, leurs échanges sont toujours constructifs.
Je me détends une fois installée dans la BMW de Andrew, en direction de la ville pour un souper organisé pour nous. Le trafic est hyper dense, les rues assez étroites en ville et un festival crée en plus un bouchon … il y a toujours un événement qui bloque la circulation quelque part, nous dit notre chauffeur tout calmement.

Le restaurant Songtek est proche des Twin Towers qui le soir scintillent littéralement de leurs mille lumières! L’établissement est lui très traditionnel et ce soir nous avons droit à des danses locales. Quelle n’est pas notre surprise de découvrir qu’une longue table est dressée, comme pour un mariage avec pas moins de vingt convives et ce, en notre honneur! Ils savent recevoir ces malais et tout ceci dans une ambiance des plus décontractée. Ils se présentent à nous, on accumule les cartes de visite, tout en essayant de retenir certains prénoms … Andy, celui à la casquette – je ne le verrai d’ailleurs jamais sans sur les deux jours – est le sous-directeur de Cradle, une société d’incubateurs qui compte une quarantaine de collaborateurs. C’est Cradle qui organise le workshop de demain – dimanche! – et ce soir pour le souper de bienvenue, ils ont rassemblé des personnes intéressées par les sujets de Teddy et de Yves.

Twin Towers Table des invites Restaurant Songtek
Superbe ambiance autour d’un repas copieux, avec des plats savoureux, relevés sans être trop trop épicés et surtout tellement parfumés. Les danses, les jeux de fléchettes sur les ballons nous rappellent notre soirée malaise à Singapour et cette fois encore, je me laisse emmener pour quelques pas de danse dans la ronde. S’en suivent des photos avec les danseurs, dont certains connaissent des mots de français. Mon voisin de table est un joyeux et grand bavard; il est juriste, a étudié le droit à Londres et de là a découvert certains pays d’Europe – il aime Florence et aussi la Suisse! Il me parle avec enthousiasme de son pays, s’étonnant que nous restions si peu de temps … il faudra revenir, dit-il et plusieurs nous tiendront le même langage.

Danse folkloriqu Danseurs

Tout comme à Singapour, la population de Malaisie se compose de chinois, d’hindous et de malais, qui sont ici majoritaires et de confession musulmane; le mélange de cultures fait la richesse de ce pays, avec toutefois un peu moins de propreté, d’ordre, de discipline, de sécurité – ici, on tient son sac à main, on ne laisse pas son iPhone sur la table – que chez son voisin.

A la fin du repas, un des organisateurs propose une ‘meeting session‘ … il arrange les chaises devant notre table et micro en main, une série de questions/réponses adressées à Teddy et à Yves sur leur parcours, leur impression de l’Asie, leurs objectifs pour l’avenir … Teddy est un grand bavard et la discussion se prolonge tard. Les ‘au revoir’ sont très très chaleureux – certaines personnes ne seront pas présentes demain – et il est presque minuit quand Andrew nous dépose tous les trois à l’hôtel. Le trafic est toujours très important, il ne connaît pas toujours bien le chemin mais ne suit pas non plus les indications de la dame du gps!
Soirée inattendue, vraiment très sympathique!

Questions / reponses Photo souvenir

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s