Blog d'Isabelle

Journal d'une Lausannoise en Asie, Australie et Amérique latine

De Séoul à Tokyo

1 commentaire

Lors du dernier petit-déjeuner à l’hôtel, je me fais remarquer par les dames à l’accueil du lounge parce que je me présente avec les pantoufles de la chambre – comme chaque matin d’ailleurs – mais ça ne se fait pas, je pourrais glisser ! La honte pour moi, même si elle me l’a dit avec le sourire.
Je prépare la valise tandis que Yves répond à de nombreux mails suite à sa présentation d’hier soir; les insistances pour qu’il revienne sont fortes, youpie!

De notre chambre, je ne vois encore que des parapluies qui avancent dans les rues; nous attendons l’heure limite du check-out pour sortir nous balader quand même. Proche de City Hall, nous visitons DeokSuGung, le Palais de la longévité, renommé ainsi par le roi Sunjong au début du vingtième siècle, après l’abdication forcée par les japonais de son père le roi Gojong. Le palace est ainsi devenu le siège symbolique de la Corée moderne, le centre du nouveau Séoul. Nous franchissons l’imposante et célèbre Gate Daehanmun, porte de la prospérité pour la nouvelle capitale Hanyang – l’ancien nom de Séoul. Yves est content d’entrer dans un de ces palais coréens, et comparer avec ceux que nous avons visités en Chine. Il trouve les même ressemblances que moi-même hier, avec toutefois plus de sobriété et je suis explique quelques symboles et éléments historiques retenus de ma visite guidée. Outre les pavillons anciens, sont construits dans ce parc des bâtiments datant du début du vingtième siècle, reflétant le désir de modernisme de la nation. Ils abritent de nos jours des départements gouvernementaux et un musée d’art. Le temps est vraiment triste, la relève de la garde est même supprimée pour cause de mauvais temps, indique un panneau … et il n’y a d’ailleurs aucun garde.
DeokSuGung DeokSuGung DeokSuGung DeokSuGung DeokSuGung DeokSuGung DeokSuGung DeokSuGung DeokSuGung DeokSuGung IMG_7705

Nous remontons l’avenue vers la place colossale Gwanghwamun et au fond GyongBokGung entouré par un énorme mur de briques claires. Nous admirons ici les gardes au piquet, devant la porte principale du même nom que la place. Ils revêtent des habits d’époque, de la tête aux pieds et restent impassibles devant les touristes qui les dévisagent et les prennent en photo. C’est ce palais qui présente un plan et une architecture semblables à la Cité Interdite, en moins prestigieux et l’on peut voir en enfilade les portes, les pavillons et le sommet d’une pagode. La visite serait trop longue pour aujourd’hui et cette météo humide et glaciale nous incite plutôt à rebrousser chemin, rentrer prendre le taxi à l’hôtel vers l’aéroport. Ce matin une hôtesse s’est adressée à nous en français et avec un accent belge prononcé … elle a étudié et travaillé huit ans à Bruxelles! Ce n’est pas évident de se retrouver ici, dit-elle, dans un système où la hiérarchie entre collègues est aussi stricte.
Lire dehors sous la pluie ! Porte du Palais IMG_7712 IMG_7715 IMG_7718 IMG_7720

C’est de l’autre aéroport, Gimpo, que nous prenons notre vol pour Tokyo. Les aéroports nous semblent tous très vastes et bien organisés, les files d’attente sont minimes à tous les postes. Ainsi nous avons bien le temps pour un lunch avec un repas typiquement coréen, un peu comme celui d’hier et nous aimons, même sans trop bien savoir ce que nous dégustons – peu d’anglais à nouveau.
C’est un Boeing 747 de Korean Airlines qui nous emporte pour deux heures de vol, avec le service souriant de jolies hôtesses élégamment vêtues de tailleurs crème et tilleul. Yves regarde un film tout en réfléchissant aux nombreuses conférences à venir tandis que je rédige et somnole un tant soit peu.
Aéroport de Gimpo

Tokyo, 18h30 par 8 degrés … nous voici! C’est à l’aéroport de Haneda que nous nous posons ce mercredi et voilà que Yves choisit la mauvaise file pour passer la douane; l’employée, dans un anglais très médiocre, pose quelques questions d’usage et j’avoue que cela peut être perturbant pour elle : passeport belge, émis à Genève, vivons à Singapour et arrivons de Corée! Elle décide alors de contrôler ma valise … mais aucun souci, madame, et elle doit même la trouver bien rangée! Elle ne découvre rien de suspect, ni d’interdit et vérifie qu’il n’y a pas de double fond …
Étant nettement moins stressée – voire plus du tout – que pour notre premier voyage au Japon, je l’ai aussi moins bien préparé. Et quand Yves me demande « que fait-on maintenant? » … euh, je pense qu’il y a un monorail jusqu’au sud de la ville où on pourra reprendre le métro! Je n’ai toutefois pas oublié nos cartes Suica pour les transports; nous les rechargeons à l’automate et c’est parti vers le monorail puis le train jusque Tokyo Station. Nous sommes tout joyeux de retrouver le Japon et nous parlons déjà dans le métro de ce que nous irons voir demain … mais il n’y a que nous qui parlons aussi fort … oups, nous avions oublié ce détail, ici on se tait ou on chuchote!
Haneda, on respecte la ligne Haneda donne le ton

C’est un taxi comme ils étaient dans notre souvenir, qui nous emmène depuis cette superbe gare de Tokyo, à l’image de celle d’Amsterdam. Le taximan porte des gants blancs, il sort pour charger nos valises dans le coffre – ce qui n’est presque jamais le cas à Singapour sauf si je suis seule et fort chargée – et sur les dossiers les dentelles apportent la touche de finesse. Nous reconnaissons le chemin entre la gare et l’hôtel où l’accueil est chaleureux – j’avais envoyé un petit email signalant que le premier séjour avait incité à revenir chez eux! Elle propose à nouveau une chambre avec jacuzzi … juste ce que j’attendais! C’est comme une impression de revenir en pays connu et pourtant nous avons tellement voyagé et visité de chambres d’hôtel depuis octobre. Même l’ordinateur reconnaît seul la connexion!
Tokyo Station Tokyo Station

Au cours du repas au restaurant de l’hôtel – menu style western food et un vin de Bourgogne de la cave de la famille de notre amie Christine Parent – nous reconnaissons une des serveuses et même si c’est réciproque, elle ne le montre pas! Elle est un peu guindée, comme on dit chez nous, et elle ne déroge pas aux règles … quand on lui demande du pain, elle répond qu’elle le sert avec le plat principal et non avec la salade en entrée et le verre d’eau arrive à la fin du repas. Cela nous amuse finalement!

Une réflexion sur “De Séoul à Tokyo

  1. Oui, Séoul n’est plus aussi lointaine maintenant! Merci de nous la faire un peu déccouvrir.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s