Blog d'Isabelle

Journal d'une Lausannoise en Asie, Australie et Amérique latine

Les Sumos, le musée Edo, les poupées, MidTown et les sushis

Poster un commentaire

Le professeur Noboru Konno avec lequel nous devions manger ce midi, accompagné de son épouse, annule le rendez-vous pour cause de santé, un virus très contagieux dont nous nous passerons volontiers. Cela nous laisse une longue matinée pour partir en explorateurs tous les deux. Et c’est Yves qui lance l’idée – que je dois concrétiser pour les transports – d’aller dans le quartier des Sumos! Dès la sortie du métro à Ryogoku, nous en croisons déjà et nous nous dirigeons vers Kokugikan, le stade national avec une salle dédiée à ses champions. Mon amie YinYin m’avait conseillé cet endroit et je suis contente d’y venir aujourd’hui avec Yves. C’est en plus le mois des tournois et nous pouvons acquérir un billet pour assister aux combats de ce jour qui débutent à 11 heures. La salle est impressionnante, vaste, avec ce carré tout en bas où se disputent les athlètes pour les sélections. Les échanges sont rapides, le cérémonial très bien rodé, en habits traditionnels avec des meneurs, des entraîneurs, des arbitres … tout un protocole qui se répète chaque cinq minutes quand un nouveau couple monte sur le sol parsemé de riz. C’est tout un monde, une strate de la société dont les habitudes se perpétuent depuis longtemps – ils vivent quasi en communauté fermée. Nous sommes très touchés d’avoir pu entrer dans ce temple des Sumos, même si cette pratique ne nous parle guère.
IMG_7875 IMG_7873 IMG_7878 IMG_7883 IMG_7884 IMG_7885

Le parc Yokoami semble tout paisible, des groupes de retraités y sont en sortie, d’autres se sont installés pour peindre les beautés de la nature, avec ses arbres taillés qui se reflètent dans un bassin d’eau enjambé par un joli pont de couleur rouge … mais non loin, se dresse un mémorial en souvenir des dizaines de milliers de civils qui furent victimes des raids aériens de l’armée américaine en 1945. Les souvenirs de la guerre, dans cette autre partie du monde, sont aussi très douloureux.
IMG_7889 IMG_7890 IMG_7897 IMG_7898 IMG_7903

Ensuite nous visitons un des plus beaux musées qui puisse exister, sur l’histoire de Edo, l’ancienne capitale japonaise jusqu’au Tokyo actuel. Edo-Tokyo Museum est logé dans un bâtiment monumental et futuriste, évoquant un grenier à riz; on y décrypte la fabrication des estampes, l’espace de vie d’un menuisier, la mise au monde d’un bébé, on s’imagine vivant dans ces petites nagayas de dix mètres carrés, on visite le quartier des théâtres et du plaisir … Les reconstitutions sont fabuleuses et les nombreuses maquettes remarquables, de par l’expression de leurs personnages, la finesse des détails, la vie qui s’en dégage. Et la boutique à la sortie est trop tentante!
IMG_7908 IMG_7912 IMG_7915 IMG_7917 IMG_7918 IMG_7923 IMG_7928 IMG_7932 IMG_7936 IMG_7937 IMG_7939 IMG_7945 IMG_7956 IMG_7960

C’est ensuite dans le cadre hyper original d’un ancien stade de soumos, transformé en restaurant que nous prenons un quick lunch, installés dans une logette, pour du porc pané à la mode tempura et des raviolis frits excellents.
IMG_7962 IMG_7964

De retour à l’hôtel, je fais la connaissance de Shin et de Tobi qui seront nos guides pour la suite de la journée et ce sont eux que Yves retrouvera pour le workshop demain. Leur étonnement lorsque nous proposons de prendre le métro, plutôt que le taxi, et que nous sortons nos cartes Suica nous fait bien rire … oh, vous êtes des touristes parfaits, rigolent-ils en chœur! Au vu de tout ce que j’ai déjà exploré de Tokyo, ils nous emmènent dans le quartier de Meguro pour une exposition temporaire de poupées rituelles qui reflètent l’histoire et la culture de leur peuple. Elle se tient dans les bâtiments originaux du premier department store de décoration de la ville. Nous nous déchaussons, évidemment, et montons, par une centaine d’escaliers, visiter des petites salles au cachet fabuleux; tout en bois, avec des peintures d’époque, des plafonds superbes, des parois coulissantes et le tout se prête magnifiquement à cette exposition très originale … une vraie magie qui est au comble avec toutes ces dames en visite comme nous mais qui portent le kimono traditionnel. Shin nous explique que durant un mois sur l’année, ils installent un petit autel avec ces poupées dont chaque famille en possède quelques-unes et qui font référence à des dieux qui les protègent … pour le couple, pour les affaires, pour la santé, pour le sport! Cela paraît un peu rétrograde mais c’est très mignon … et je craque à la boutique pour des figurines qui porteront chance et longévité à notre couple.
Cet espace de tradition jouxte une partie toute moderne, avec des jardins artificiels dans une galerie qui mène vers un centre de congrès, de banquets et également des enseignes pour préparer les mariages … je comprends qu’ici ils soient grandioses!
Un des quartiers qui m’est encore inconnu est celui de Roppongi avec ses tours élancées et modernes. Shin et Tobby nous font découvrir Tokyo MidTown, le dernier né des méga-complexes urbains, inauguré en 2007 et qui culmine à 248 mètres! Un géant, aux façades qui font penser à des lattes de bois comme dans les anciennes habitations, même si ce n’en est pas et une cour intérieure au toit de tubes et aux reflets qui se croisent sur les miroirs des immeubles voisins. La Galeria est la partie ‘centre commercial’ et là, nous tombons d’admiration … un des tout beaux centres que nous sommes heureux d’avoir déniché grâce à nos hôtes. Le design avec beaucoup de bois et de verdure lui donne une chaleur que n’ont pas ces centres modernes où c’est le marbre qui règne en force partout. Ici c’est plus cosy malgré la grandeur et ils nous proposent une pause au Toraya, un salon de thé typique japonais. Eux vont choisir un thé vert matcha, pour moi ce sera un sencha – que je déguste plus facilement – et Yves est ravi de trouver du café sur le menu! Les douceurs qui accompagnent notre boisson et dont nous laissons le choix à Shin, nous surprennent : une soupe chaude de haricots rouges sweet avec des boules de pâte gélatineuse à base de riz. Nous n’en deviendrons pas des fans et pourtant le Shiruko est un dessert traditionnel fait à base d’une soupe de azuki beans dans laquelle baignent des glutinous rice flour dumplings .. et voilà, tout est dit!
image IMG_7967 IMG_7972

IMG_7978 IMG_7984 IMG_7985 IMG_7992

A l’hôtel, Shina attend mes hommes; elle sera la traductrice pour la journée de demain et souhaite s’entretenir avec Yves pour être bien au clair sur le déroulement du séminaire. Les japonais que nous rencontrons ici ont tous un prénom spécial pour l’exportation, à consonance plus américanisée et cela nous facilite bien.
Shin a réservé un restaurant sushi-sashimi pour toute notre équipe de ce soir, la soirée est joyeuse et dire que nous ne nous connaissons que depuis quelques heures. Une petite salle dépouillée, typiquement japonaise, à l’étage où nous sommes sur un coussin tout mince, à même le sol … aie mes genoux. Shina est bien de mon avis, c’est moins commode pour les dames avec leur jupe; chez elle, qui a vécu aux États-Unis, elle a adopté un style plus occidental. Tobi, le spécialiste, nous choisit deux sortes de saké, nettement meilleur que dans mon souvenir et les plats de sashimi et de sushis sont très copieux et très savoureux. Tout à fait à l’aise, nous échangeons sur notre mode de vie, nos coutumes respectives. Par exemple ici, et en Corée également, le salaire est versé à la femme pour la tenue de la maison, pour les repas, pour les enfants et le mari reçoit lui les bonus, qu’il dépense souvent en loisirs! Le début me paraît bien, la seconde partie moins … surtout quand les hommes nous disent ne jamais offrir quasiment de cadeaux à leur épouse!! Nous leur avons apporté nos montres Swatch, symbole suisse et c’est Shina qui insiste pour déroger à leur règle qui veut que l’on n’ouvre pas les cadeaux devant ceux qui les offrent mais plus tard en privé. Elle est curieuse et ayant vécu plusieurs années hors du Japon, elle est la première à s’exclamer devant la montre! Elle n’en possède qu’une seule et est ravie; cela fait plaisir à voir, elle remarque d’ailleurs que j’ai peaufiné l’emballage avec une flochette coréenne.
IMG_7994

L’heure avance et la journée n’est pas terminée pour nous … rendez-vous à Omote-Sando – le quartier Champs Elysées de Tokyo – avec nos amis Rie et Andrew dans un café super sympa. Andrew semble très ému de nous revoir, il a été étudiant de Yves et est installé au Japon avec son épouse depuis une petite dizaine d’années. Le contact est resté, nous nous sommes revus à Lausanne il y a deux ans et une nouvelle vie en Suisse serait envisageable pour eux d’ici 2015. Ils habitent Okinawa, une île paradisiaque … ils devraient bien réfléchir avant de quitter!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s