Blog d'Isabelle

Journal d'une Lausannoise en Asie, Australie et Amérique latine

Koto No Yume à Takayama

Poster un commentaire

Les déplacements en train n’ont plus de secret pour nous; à la gare de Ueno, joliment décorée, nous réservons les places pour le Shinkansen (et aussi le train suivant) qui va nous amener à Nagoya en 1h40. La météo ne nous est pas favorable, il pleut comme annoncé – c’est bien dommage que les prévisions soient respectées – mais c’est depuis la Suisse avant notre départ et sur recommandation de Mathilde, que j’ai réservé pour ce soir, un ryokan  très prisé.

IMG_5553

À Nagoya nous pratiquons comme les vrais japonais, à savoir que nous achetons dans la gare un repas bento que nous mangerons dans le train pour Takayama. Nous sommes confortablement installés dans ce train panoramique, pour 2h15 de trajet vers la région montagneuse plus au nord. Au départ nous voyageons dans le sens contraire de la marche mais dès la première gare, le train repart en sens inverse – ce qui ne nous étonne plus depuis Hakone – et tout redevient normal. Enfin presque, car ce train nous surprendra durant tout le voyage : non seulement il siffle et ralentit parfois très fort aux passages à niveau – qui sont nombreux – mais on a nettement l’impression de sentir passer les vitesses, comme dans une voiture; il accélère où rétrograde, par à-coups souvent!

IMG_5555 IMG_5556 IMG_5559

Encadrés de montagnes, la rivière, la route et la voie ferrée s’entrecroisent continuellement en s’enfonçant dans la vallée parfois étroite. Nous passons des tunnels et des ponts, nous voyons des centrales électriques, des scieries, de petites usines, des fermes, des cultures et des rizières, des villages et des temples isolés.

Il est 15h, nous arrivons à Takayama, appelée la « petite Kyoto » pour ses ruelles traditionnelles aux maisons de bois datant parfois de trois siècles. Cette petite ville a été épargnée de l’urbanisme moderne et est restée en grande partie telle qu’elle était fin du seizième siècle, alors aux mains des Kanamori, un des clans de guerriers. C’était une ville paysanne mais aussi réputée pour ses charpentiers depuis le huitième siècle quand Nara était la capitale. Une loi à l’époque obligeait les villes et villages à payer un impôt en riz ou en étoffes mais Hida, l’ancien nom de Takayama, n’en produisant pas assez que pour s’acquitter de ses taxes, envoya ses charpentiers pour construire les temples et palais de la capitale. La réputation de ces artisans ne s’est jamais estompée.

L’accueil au ryokan Koto No Yume est exceptionnel; nous avons l’impression d’être attendu par nos hôtes. C’est un charmant garçon – un moine manqué, à mon avis – qui nous accompagne. Nous commençons par nous défaire de nos parapluies et de nos chaussures, notre valise disparaît également et nous sommes invités au salon pour déguster un thé accompagné de cette douceur typique japonaise appelée shiratama zenzaï (des boulettes de riz doux dans une soupe de haricots rouges sucrés). Cette maison est magnifique, c’est magique! Notre garçons s’exprime très lentement, en anglais, et semble pris d’une grande inspiration pour tout ce qu’il nous dit ou demande. Ensuite nous choisissons chacun un Yukata parmi de nombreux motifs; il les emballe ensemble, formant un joli balluchon entouré d’un tissu à fleurs et nous emmène à notre chambre, qui porte justement le nom de « cherry blossom« . Elle ressemble assez bien à celle de Hakone quant à la disposition, sans doute un peu plus grande et surtout plus raffinée; nous sommes priés d’ôter les mules reçues à la réception, à l’entrée de la chambre et ensuite de nous asseoir sur ces chaises sans pied, tandis que lui s’installe assis sur les talons, pour nous donner les dernières instructions, s’enquérir de nos heures souhaitées de repas et enfin nous dire « now I close this door » en se retirant à reculons … nous ne pouvons nous empêcher de sourire.

IMG_5626 IMG_5562 IMG_5620 IMG_5607 IMG_5606 IMG_3745 IMG_5571 IMG_5570 IMG_5574

Il pleut toujours, le ciel est gris, la balade ne nous dit vraiment rien; par contre une séance dans le Onsen de l’hôtel (petit hôtel de 25 chambres) est plus attrayante. Comme de grands habitués, nous revêtons notre Yukata et rejoignons notre bain chaud qui s’avère être privé tant pour Yves que pour moi (personne n’a eu la même idée que nous). C’est petit, c’est cosy et c’est chaud; heureusement qu’il y a aussi un bassin en extérieur qui donne un peu d’air frais au visage. J’aime cette sensation de flotter, de laisser le vide s’installer dans mes pensées, ce sentiment de lâcher prise comme lors des relaxations au yoga.
Je passe ensuite choisir un diffuseur aromatique d’huile essentielle pour embaumer notre chambre; le parfum de rose se mêlera très bien avec l’odeur des tatamis. Je m’installe au sol devant la télévision qui ne transmet aucun programme en anglais et c’est donc devant des combats de Sumo que je patiente – ah ah, je sens que tu commences à avoir des yeux bridés, me dit Yves très concentré sur ses mails! Nous pouvons bientôt nous préparer pour le dîner, une dame de l’hôtel m’aide à assembler ma large ceinture et mon beau nœud. Woah, joli look, élégance presque comme une vraie japonaise … exception faite de ma taille.

IMG_5583  IMG_5587 IMG_5589

Les tables sont déjà dressées avec un super assortiment qui compose l’apéritif et nous repérons la nôtre au drapeau suisse. La cuisine de la région attire les plus fins gourmets du Japon, semble-t’il; elle trouve son origine loin dans le passé où un repas demandait une semaine de préparation. Le menu est composé d’une dizaine de plats utilisant des légumes cultivés ici auprès de Takayama ainsi que des poissons pêchés dans les rivières voisines. Nous nous régalons de tout – soupes, sashimi et sushi, poissons frits et saumon grillé, légumes vinaigrés et grillade sur céramique de bœuf Hida, tellement tendre et savoureux. Notre serveuse est charmante, elle nous explique bien chaque sauce qui accompagne tel plat et nous conseille un très bon saké sec pour illuminer ce repas majestueux, dans une salle au décor vraiment japonais, sobre et raffiné.

IMG_5593 IMG_3739 IMG_5594 IMG_5597 IMG_5599 IMG_3741

La même bonne surprise en remontant : nos lits sont prêts … à leur manière, que j’améliore en sortant des armoires un deuxième matelas pour une nuit plus confortable. Sur mon oreiller, une jolie petite grue origami me souhaite de bien dormir … Dans une chambre zen, on peut voir un grand écran de télévision, être traversés par les ondes du wifi mais par contre, le téléphone est caché par un tissu et il n’y a point de miroir – le feng sui a ses règles. Les bruitages ne sont toutefois pas du tout feng sui pour nous et ce n’est qu’après avoir déniché toutes les prises et les interrupteurs des lampes, du frigo et du chauffage que je peux tomber dans les bras de morphée.

IMG_3747 IMG_5610 IMG_5616

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s