Blog d'Isabelle

Journal d'une Lausannoise en Asie, Australie et Amérique latine

Kiyosumi, Kukagawa, MOT

Poster un commentaire

Beaucoup de kilomètres dans les jambes et d’images dans mon iPhone au cours de cette journée qui m’amène à l’est de la rivière Sumida, dans un quartier que je découvre avec plaisir. Le jardin Kiyosumi Teien me replonge dans un de ces endroits paisibles de la ville, hors du temps, du bruit, du béton et juste pour le bien-être que procure une nature mêlée de verdure, d’eau, de lanternes, de ponts, de chemins de pierres qui donnent la sensation de marcher sur l’étang, tout en attirant les poissons qui nous ouvrent leur bouche … Toute une histoire est reliée à ce magnifique jardin, où le mont Fuji est imagé sur une petite butte, des cerisiers nous laissent rêveurs … Les pins sont taillés à la main, tout un art pour leur donner la forme de plateaux étagés.

Il m’est assez facile de sillonner les rues par ici, c’est une zone calme, avec peu de touristes et les routes sont en quadrillage. Chaque îlot a son temple avec un cimetière adjacent, je ne cesse de faire une pause pour les admirer. Il n’est pas rare de voir une personne se recueillir, une dame chantonne même tout en adressant ses prières.

Les voitures à Tokyo, et sans doute un peu partout dans les grandes villes au Japon sont assez cubiques, comme si on voulait gagner de la place en surface et la prendre en hauteur. Il est difficile de trouver des places de garages et cela coûte très cher. Les parkings ont souvent une entrée avec un plateau circulaire tournant ou alors les véhicules sont échelonnés en étages.

Fukagawa Edo museum donne une idée des habitats traditionnels anciens le long de la rivière, avec des maisons reconstituées selon les divers métiers ou artisanats de l’ancien Tokyo, du temps où Edo était encore son nom. Les reconstitutions sont de qualité, nous transportent en arrière, on est vite imprégnés d’une ambiance où la vie était tellement différente. L’espace est dominé par une tour en bois de 10 mètres où les observateurs annonçaient avec une cloche les feux émergeants – le feu fut un gros fléau pour la ville aux maisons de bois.

Enfin ce sera la découverte du monde de Pixar qui m’instruira au MOT, Musée d’art contemporain, avec une exposition qui célèbre les trente ans (déjà) du monde du cinéma d’animation. Et au retour un petit clin d’oeil à Starck et à la célèbre porte Kaminarimon à Asakusa.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s