Blog d'Isabelle

Journal d'une Lausannoise en Asie, Australie et Amérique latine

Le Palais Gyeongbokgung et rencontre avec JP Gauthier

Poster un commentaire

Lors de notre précédente visite de Séoul en janvier 2013, la forte pluie et le froid du dernier jour m’avaient fait renoncer à la visite du Palais Gyeongbok. Ce matin, je me mets en marche dans sa direction, je me repère facilement jusque la rivière Cheonggyecheon qui a été recouverte par une autoroute dans le passé et a revu le jour, en contrebas des avenues – une jolie promenade insolite. Sur mon chemin, je fais une courte visite au centre bouddhique et au temple Jogyesa dont les nombreuses décorations en papiers de toutes les couleurs, font penser à une fête que l’on y célèbre ces jours.

Le palais royal Gyeongbokgung date du quatorzième siècle, à la fondation de la dynastie Joseon. Un très long mur d’enceinte entoure cette propriété qui nous révèle encore la splendeur et de cette résidence. Les portes, les cours se succèdent en alignement, jusqu’à plusieurs palais et la salle du trône où se réglaient les affaires du pays puis les bureaux et résidences du roi. L’architecture des toitures, avec leurs tuiles d’arêtes en forme de figurines animales protectrices, les sous-toits sculptés en bois et peints dans les couleurs vert/bleu/orange, les cheminées en briques à l’arrière, les pavillons pour les banquets, les étangs, les arbres en fleurs … tout y est pour permettre de plonger dans le passé – certaines jeunes filles se sont d’ailleurs parées de jolies robes de princesses. Et pour ajouter au folklore, des gardes sont de piquet à l’entrée principale sur les remparts, revêtant les costumes d’époque et jouant la relève en musique.

En partant ce matin, je suis passée au restaurant Arirang réserver une table pour notre lunch. C’est une adresse dont nous avions conservé le souvenir excellent d’un repas barbecue coréen, cuisiné à notre table, avec le parfum des sauces, la grande variété de légumes et la viande tellement tendre qui se grille sur un foyer de charbon fumant.

J’emmène alors Yves au DDP; il reconnaît de suite le côté majestueux de ce centre du Design, et aussi la folie des boutiques de gadgets et d’objets d’art. Nous ne serons pas déçus non plus par l’exposition Jean-Paul Gaultier; exposition créée à Montréal avec le Musée des Beaux Arts et en collaboration avec la Compagnie de théâtre UBU – elle a voyagé dans le monde et c’est ici à Séoul, la douzième et dernière étape de la tournée. La présentation est superbe et très surprenante; les mannequins « artificiels » semblent tellement vivants … ils bougent sur un plateau de défilé, ils parlent, font des mimiques ou des sourires, nous suivent des yeux. Et qui plus est, JP Gaultier s’exprime ainsi aux visiteurs ébahis, à ses admirateurs, en français ! Plusieurs salles sont aménagées, présentant de grandes étapes de sa carrière (sa première collection date de 1976) et les visions originales, extravagantes, de ce créateur de mode mondialement connu. C’est fabuleux! Merci à Emilien qui me l’a suggéré, en lisant mon message sur Facebook le jour de notre départ de Suisse, et où je mentionnais nos étapes de visites.

Le coréen est moins timide que le japonais, nous semble-t-il, il engage plus vite la conversation avec nous et c’est ainsi qu’en voulant quitter l’hôtel pour prendre un taxi vers l’aéroport, un hôte du Westin nous suggère le train rapide pour Gimpo (je ne l’avais pas vu mentionné dans mes guides ni sur les sites internet). L’idée est très bonne, nous rejoignons le Terminal international bien plus rapidement qu’en arrivant hier avec le bus navette pour les hôtels.

C’est encore avec ANA que nous volons pour rentrer chez nous, le « chez nous » de Yushima à Tokyo. La compagnie japonaise est vraiment très très bien, les hôtesses très souriantes et serviables et ici aussi, l’une d’elle est coréenne et se met à échanger avec nous … les japonaises sont nettement plus discrètes et je pense que c’est dû au frein de la langue. Notre vol se passe dans un ciel de nuit noire et donc pas de Fuji-san à l’horizon; nous atterrissons à Haneda à 22h15 et reprenons notre monorail puis la ligne du train. Quelle n’est pas notre surprise de voir encore autant de monde dans les transports … et principalement des hommes qui rentrent du travail, toujours en costume, cravate et avec leur mallette … il est minuit et les trains sont bien remplis !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s